F1 - Bilan - Pic : " Une bonne saison "

Voir le site Automoto

Charles-Pic-F1-2012-Marussia
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2012-12-02T18:30:00.000Z, mis à jour 2012-12-02T20:00:55.000Z

Ne pas se fier au zéro pointé récolté en championnat. Charles Pic (Marussia-Cosworth) est la bonne surprise tricolore de la saison 2012. " Une révélation " osent même certains observateurs.

L'année d'apprentissage de Charles Pic dans le cercle fermé de la Formule 1 est une réussite. La preuve, l'écurie Caterham vient de le signer pour deux nouvelles saisons.


Il fait jeu égal avec Timo Block

De l'avis même des spécialistes, c'est celui des trois Français qui a réalisé la meilleure saison. Constant, appliqué et en perpétuelle progression, le jeune Pic (22 ans) a effectué des débuts remarqués au volant d'une très faible Marussia-Cosworth abonnée au fond de grille. L'absence de tests hivernaux pour les nécessaires et préalables réglages d'avant-saison n'a pas non plus joué en sa faveur. Pourtant, dès le troisième Grand Prix, à Barheïn, le Drômois devançait son expérimenté coéquipier Timo Glock en qualifications.


« J'avais beaucoup à apprendre »
« Ça a été une bonne saison, confirme d'ailleurs Charles Pic. C'était ma première donc j'avais beaucoup à prendre. Il y a eu trois phases : la première de l'Australie à l'Europe où je découvrais les circuits, l'équipe et la voiture. C'est certainement la partie où j'étais le moins à l'aise. Après il y a eu la partie européenne qui s'est super bien passée. Et ensuite je suis retourné sur des circuits inconnus mais avec une bonne connaissance de la voiture et de l'équipe. J'ai senti la progression. Je pense avoir appris de chaque situation compliquée. Je pense avoir fait une bonne saison mais j'ai aussi encore plein de choses à apprendre. »


Panis : "Il est vraiment solide"

Ses performances en course lui apportent notamment un peu de crédit avec seulement six abandons et une dernière partie de saison durant laquelle il lâcha un peu plus les cheveaux. Sa douzième place lors du dernier Grand Prix au Brésil en est un parfait exemple. Son conseiller Olivier Panis n'hésite d'ailleurs pas à le brosser dans le sens du poil : « C'est quelqu'un de vraiment solide, qui ne s'est pas posé de question. Et puis, il plaît parce qu'il va vite, qu'il ne sort pas de la piste, qu'il est discret. Mais quand il a décidé de ce qu'il voulait faire... »


L'écurie Caterham, qui l'a signé pour deux saisons dès 2013, fait partie de ceux qui misent sur le potentiel du Français.