F1-Bilan : Rosberg, une année qui compte malgré tout

Voir le site Automoto

Nico-Rosberg-Mercedes-F1-Europe-2012-Qualifications
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2012-12-30T10:03:00.000Z, mis à jour 2012-12-30T16:25:21.000Z

Vainqueur de son premier Grand Prix cette saison (Chine), Nico Rosberg a paradoxalement vécu une saison 2012 difficile chez Mercedes.

Neuvième du championnat, Nico Rosberg n'aura été que trop peu souvent aux avants-postes. Sauf en Chine, terre de son premier et seul succès en Formule 1.



Première victoire à Shangai
2012 restera comme une année pour le moins paradoxale pour Nico Rosberg. Si celle-ci fut de loin la plus décevante des trois années passées au sein de l'écurie Mercedes, jamais l'Allemand n'avait eu droit à autant d'attention de la part des médias. Cela ne tient pas au fait que Rosberg (9e avec avec 93 points, 1 pole position, 2 meilleurs tours, 2 podiums) ait pris un ascendant certain sur son aîné et ex-coéquipier Michael Schumacher (13e avec 49 points) mais bien à son premier succès en Grand Prix. Une pole-position en qualifications, une victoire le dimanche : le week-end passé à Shangai en avril dernier est à marquer d'une pierre blanche dans la carrière du jeune allemand.


Mercedes dans le dur
Pour le reste, Nico Rosberg a fait avec les moyens du bord, condamné, comme Schumacher, à disputer des courses dans le ventre mou du peloton en raison d'une voiture pas au niveau. Il aura passé sa saison à grappiller des points à droite à gauche. Victime de trois abandons, ce qui est assez peu comparé aux sept de Schumacher, l'ancien pilote de chez Williams a aussi rallié l'arrivée pas moins de sept fois en dehors du top 10 et a connu six Grands Prix consécutifs sans marquer le moindre point. La F1 W03 dont il disposait a rapidement été larguée par ses rivales de chez Ferrari, Red Bull, McLaren et Lotus.


Des progrès malgré tout
« Nos progrès ont été énormes. Malheureusement nous ne l'avons pas beaucoup vu lors de la deuxième moitié de saison mais la première partie a montré que nous avions la voiture la plus rapide lors de deux courses, la Chine et Monaco. Ça c'est de l'amélioration. Nous progressons, nous sommes de mieux en mieux (...), se persuade l'Allemand qui préfère voir le verre à moitié plein. Malheureusement ce processus nous a pris plus de temps que prévu. Nous espérions déjà nous battre pour le championnat cette année mais cela n'est pas arrivé. Mais nous avons appris un tas de leçons cette année et je suis très confiant quant à la saisn prochaine. »


La saison prochaine justement Rosberg retrouvera à ses côtés un pilote très loin de lui être inconnu puisqu'il s'agit de son ancien camarade de karting et de GP2, Lewis Hamilton. Une toute autre concurrence.