F1 - Charles Pic ne regrette pas son départ pour Caterham

Voir le site Automoto

F1 GP Malaisie 2013 Essais - Pic Caterham 2
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-03-31T10:00:00.000Z, mis à jour 2013-03-31T10:00:00.000Z

En passant de Marussia à Caterham, Charles Pic pensait sans doute qu'il gagnerait quelques positions sur la grille. Le début de la saison 2013 lui donne tort mais le Français n'est pas frustré et s'attend à des jours meilleurs.

Charles Pic a expliqué qu'il n'était pas frustré par les performances de sa nouvelle monoplace, battue deux fois par une Marussia.

Positions inversées ?
Lors des trois dernières saisons, Caterham a toujours fini devant Marussia (elles s'appelaient respectivement Lotus et Virgin en 2010 et 2011). Et c'est sans l'une des raisons pour lesquelles Charles Pic a décidé de passer d'une écurie à l'autre. Du reste, à la vue des deux premières courses, le rapport de force tend peu à peu à s'inverser, le Français terminant à chaque fois derrière son compatriote Jules Bianchi, engagé dans son ancien team. En qualification, ce n'est pas forcément mieux puisqu'une Marussia au minimum s'est toujours trouvée devant une Caterham (Pic s'est intercalé entre Bianchi et Chilton en Malaisie).

Des regrets ?
Est-ce que Charles Pic désapprouve son choix ? "Je ne vois pas les choses comme ça. J'ai connu une excellente année avec Marussia mais je suis très heureux avec Caterham, que ce soit maintenant ou dans le futur. Ce n'est pas du tout frustrant. Il y a quelques aspects où nous devons progresser et c'est tout. C'est notre boulot de réparer ça et de continuer à avancer." explique celui qui connaît sa deuxième année en Formule 1 et qui attend des améliorations sur sa monoplace.
Patience, patience
"Nous devons encore attendre quelques courses [pour les améliorations] mais j'ai foi en l'équipe et je suis sûr que nous pouvons faire un grand pas en avant. La température des pneus et la dégradation peuvent aider mais il est impossible de trouver une seconde rien qu'avec le set-up. Bien sûr, nous mettons tout dans les réglages et dans la gestion des gommes pour optimiser tout cela mais, à l'heure actuelle, nous attendons les améliorations." Charles Pic est conscient qu'il va falloir patienter un peu, en sachant que Jules Bianchi, lui, s'envole.

Est-ce finalement une bonne décision ? Nous le saurons en fin d'année.