F1 : Enfin un Grand Prix de France en 2015 ?

Voir le site Automoto

GP F1 France 2008 Départ
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2014-05-20T10:36:00.000Z, mis à jour 2014-05-20T13:48:58.000Z

Disparu du calendrier depuis 6 saisons, le grand Prix de France de Formule 1 refait surface après que la candidature ait été déposée par le circuit de Magny-Cours. Or, rien n'est signé et le budget ferait encore défaut.

12 juillet 2008, le dernier Grand Prix de France de Formule 1 avait lieu sur le circuit de Magny-Cours. Depuis, les passionnés n'ont cessé de rêver à un retour de la discipline reine du sport automobile dans l'Hexagone, surtout depuis l'arrivée d'une brochette de français depuis 2012. En 2011, avait ressurgi l'idée d'une course en France, avec la candidature du circuit de Magny-Cours, mais aussi de celui du Castellet, situé dans le Var (83) près de Toulon, avec l'appui de l'Etat.


Un retour en 2015 ?
Mais après une absence de soutien financier du gouvernement, un éventuel évènement en alternance avec le GP de Belgique de Spa-Francorchamps - en difficulté financières -, le projet etait tombé à l'eau alors qu'était évoqué une entrée au calendrier 2013.

Lundi 19 mai 2014, le président du directoire du circuit nivernais Serge Saulnier a affirmé à la chaîne Infosport+ être "toujours en négociations" avec la FOM (Formula One Administration) dirigée par Bernie Ecclestone, ce dernier ayant confirmé qu'un contrat était en cours pour une intégration au calendrier 2015.


Manque de financement ?
Or il existe un problème avant l'étude de la candidature, celui "d'apporter des garanties qui nous permettent de nous engager sur le montant de la redevance", coûtant entre 20 à 40 millions d'euros selon les circuits.

Néanmoins, Serge Saulnier a réuni "un groupe d'intérêt public" intégrant les départements de la Nièvre, du Cher, de l'Allier, de la Région Bourgogne, ainsi que l'agglomération de Nevers.

En tous cas, la possibilité d'un Grand Prix de France de F1 en 2015 sera rapidement décidée puisque Serge Saulnier a affirmé vouloir "que ça se fasse avant l'été".