Dans l'actualité récente

F1 - Essais GP d'Australie : pourquoi les McLaren sont-elles lentes ?

Voir le site Automoto

F1 GP Australie 2013 Essais - Button McLaren
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2013-03-15T14:01:00.000Z, mis à jour 2013-03-15T14:25:10.000Z

En matinée, les monoplaces anglaises affichaient une seconde et demie de retard sur Vettel. Pas significatif, sauf que lors de la seconde séance, l'écart a gonflé à plus de 2,5 secondes ! Les pilotes et le directeur livrent leurs sensations et analyses.

Habitué de la lutte au plus haut niveau, McLaren était digne d'une équipe de milieu de grille aux essais du GP d'Australie. Explications.

Les faits
L'écurie Vodafone McLaren Mercedes était 3ème lors de la saison 2012 de Formule 1, avec 378 points, soit tout juste derrière la Scuderia Ferrari. Pour cette année, l'ambition est de se rapprocher du titre, soit de rivaliser avec les Italiennes et les Red Bull, tout en contenant les ambitions de Lotus et Mercedes. Sauf que ce vendredi lors de la première journée d'essais libres du GP d'Australie, première manche de la saison 2013, a vu les deux MP4-28 se positionner en milieu de tableau. Jenson Button s'est classé 9 et 11è, Sergio Pérez 11 et 13è, affichant en moyenne 1,3 seconde de retard sur Vettel en matinée, un retard accru à 2,5 secondes l'après-midi !


Button : "pas particulièrement encourageant"
"Clairement, nous n'étions pas aussi rapides que nous aurions aimé l'être", a confié Jenson Button. "Donc maintenant, notre tâche est de travailler intensément afin de trouver pourquoi notre voiture est ainsi, particulièrement en termes de comportement et de déportance (ndlr : appui aérodynamique à l'avant)". L'Anglais affirme que "les courts roulages n'étaient pas particulièrement encourageants", et que le retard de plus de 2 secondes est "décevant pour une équipe aussi performante".


Pérez : "aucun doute que nous puissions réduire l'écart"
Nouveau dans l'écurie, Sergio Pérez fait le même constat que son coéquipier "nous avons bataillé un peu pour être honnête [...] mais nous y travaillons". "Nous devrions être capables de trouver des améliorations d'ici demain" se rassure le Mexicain, "il n'y a aucun doute que nous puissions réduire l'écart avec les voitures de tête de façon aussi rapide que n'importe qui d'autre. Nous avons également un incroyable esprit d'équipe, et c'est fantastique d'en faire partie".


Whitmarsh : "un manque d'adhérence"
Allant plus en détails que ses pilotes, le directeur de l'écurie Vodafone McLaren Mercedes a ciblé le principal défaut de la monoplace. Selon Martin Whitmarsh, la MP4-28 "dispose apparemment d'un manque de d'adhérence et de cohérence, souffre d'un sous-virage significatif et d'un comportement médiocre". Sous-entendant déjà que la victoire n'est pas accessible, il rappelle que "l'on ne gagne pas un Championnat du Monde lors du premier Grand Prix de l'Année, on gagne un Championnat du Monde en gérant un développement progressif de la voiture à partir de sa base".

Nous verrons samedi matin, lors des essais libres 3 (4h) et qualifications (7h), si McLaren aura trouvé la parade ou non.