F1 : Le Français Alain Prost fête ses 60 ans ce mardi 24 février 2015

Voir le site Automoto

Alain Prost
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-02-24T09:55:00.000Z, mis à jour 2015-02-24T16:06:10.000Z

Quadruple champion du monde dans la discipline reine du sport automobile, Alain Prost fête son 60e anniversaire ce mardi 24 février 2015. Pour marquer le coup, la rédaction d'Automoto.fr a choisi de revenir sur une carrière brillante et un pilote hors du commun.

Le Commendatore Enzo Ferrari disait en son temps qu'il n'est possible de juger un pilote que par rapport au contexte dans lequel il évolue. Une façon de penser remplie de sagesse qu'il convient de garder en mémoire au moment d'évoquer tous les plus grands champions de l'histoire des sports mécaniques. Véritable référence dans sa discipline au milieu des années 1980, Alain Prost, qui fête ses 60 ans ce mardi 24 février fait incontestablement partie de cette catégorie de talents exceptionnels. C'est pourquoi la rédaction d'Automoto.fr vous propose de revenir sur une carrière riche en titres et succès.

Un palmarès exceptionnel
199 Grands Prix, 51 victoires, 33 pole positions, quatre titres mondiaux et 13 années passées dans l'élite automobile. C'est clair, net et précis : le palmarès de Prost fait figure de best-seller dans la très grande histoire de la Formule 1. Tel un Michael Schumacher dans les années 2000, le Français a marqué son époque, notamment grâce à sa science du pilotage exceptionnelle et son intelligence de course remarquable qui lui ont valu ses deux premiers sacres chez McLaren en 1985 et 1986 mais aussi le surnom de "Professeur".

Auparavant, le natif de Lorette (Loire) a fait la majeure partie de ses gammes chez Renault-Elf entre 1981 et 1983 après avoir connu une première année à la fois prometteuse et difficile avec... McLaren, justement, à bout de souffle en 1980. Avec le team français, Prost a connu neuf victoires et surtout l'illusion qu'il pouvait accrocher une première couronne mondiale à son palmarès. Mais sa mécanique parfois capricieuse et des erreurs de jeunesse ont retardé l'inévitable. Le Français était né pour gagner et devenir un champion exceptionnel.

Wishing 4-time world champ, @Prost_official a very happy birthday. #BonAnniversaireProf pic.twitter.com/c48Jj9y8Ko

— McLaren (@McLarenF1) 24 Février 2015

Prost-Senna, LE duel de la Formule 1
Les plus belles lignes de son œuvre, Prost les a écrites lors de son affrontement avec son plus grand rival, le Brésilien Ayrton Senna. En 1988, les deux hommes survolent la saison et boxent dans une catégorie à part, celles de deux génies qui exercent la totalité de leur magie une fois qu'ils sont seuls au monde, face-à-face, sans personne pour interférer. Au final : les McLaren-Honda parée de leur mythique livrée rouge et blanche remportent 15 courses sur 16 et le Français devance l'idole de Sao Paulo au nombre de points (104 contre 95). Problème : le règlement de l'époque ne prend en compte que les 11 meilleurs résultats et à ce petit jeu, c'est Senna qui est titré.

La suite des évènements, tout le monde l'a connaît. En 1989, Prost et Senna s'accrochent à Suzuka et si le Français abandonne, c'est lui qui empoche le titre, son rival brésilien étant disqualifié pour avoir court-circuité la chicane et repris la course à l'aide des commissaires. Un an plus tard, toujours en terre japonaise mais sous des couleurs différentes (Prost chez Ferrari et le Senna toujours chez McLaren), c'est le Brésilien qui est sacré après avoir provoqué un accrochage dès le premier virage du premier tour.

Si 1991 est une saison noire pour le pilote tricolore qui est licencié par la Scuderia pour avoir critiqué - à juste titre - sa monoplace (elle ressemblait plus à une Fiat volée sur un parking de Maranello qu'à une voiture badgée du Cheval cabré), 1993 est l'année de la résurrection mais aussi celle du clap de fin avec un quatrième titre mondial décroché haut la main sur une Williams dominatrice mais pas aussi forte qu'en 1992 où les voitures de Grove ont écrasé tout concurrence malgré la bravoure de Senna.

2e : Alain Prost, 51 victoires, quatre titres de Champion du monde et 199 Grands Prix

Le fiasco Prost Grand Prix
1992, justement, est l'année où la carrière de Prost bascule une ultime fois. Sans doute lassé par l'évolution d'un sport de plus en plus politisé et sans baquet après l'échec des négociations qu'il a mené avec Ligier, le Français s'octroie une année sabbatique où il devient consultant pour la télévision.

Mais dans son esprit où la compétition occupe une place de choix, son désir de monter sa propre écurie se concrétise au fur et à mesure et c'est en 1997 que naît Prost Grand Prix après le rachat de l'écurie Ligier jusqu'ici détenue par un certain Flavio Briatore.

Malheureusement, après une première année exceptionnelle avec comme pilote vedette le Français Olivier Panis, l'aventure tourne à la mascarade et le team monté par Prost finit par être placé en liquidation judiciaire en 2002, faute de soutiens financiers. Une preuve de plus que la France était -déjà - un pays autophobe à l'époque.

error

Parmi les plus grands
Avec Fangio, Clark, Stewart Lauda, Senna et Schumacher, Prost fait aujourd'hui parti de cette catégorie de pilotes exceptionnels qui ont marqué leur époque par leur capacité à aller au-delà des limites imposées par leurs machines. Souvent taxé - à tort - d'anti-héros dans son affrontement avec Senna, le Français avait tout de même une part d'ombre (cf : Suzuka 1988). Mais quel grand champion n'est pas capable d'un petit coup de vice pour arriver à ses fins ?

Plus qu'un immense pilote de Formule 1, le Prost est un as du volant (comme en témoignent ses victoires sur la glace lors du Trophée Andros en 2007, 2008 et 2012) qui a contribué à la démocratisation de sa discipline, à l'instar d'un Sébastien Loeb qui a popularisé le WRC ou encore d'un Valentino Rossi, symbole d'un nouveau souffle donné MotoGP au début des années 2000. C'est pourquoi la rédaction d'Automoto.fr souhaite mettre en valeur cette immense personnalité du sport automobile le jour de ses 60 ans.

Alors, joyeux anniversaire Monsieur le Professeur.

Vidéo bonus : Alain Prost, vainqueur de son deuxième Trophée Andros (Automoto - 2008)