F1 - GP Allemagne 2014 : Rosberg a laissé le spectacle à Hamilton, pas la victoire

Voir le site Automoto

Nico Rosberg Mercedes GP Allemagne 2014 - avec Felipe Massa et Valtteri Bottas
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2014-07-20T15:30:00.000Z, mis à jour 2014-07-21T08:02:54.000Z

Nico Rosberg n'a pas eu à forcer son talent pour s'imposer sur ses terres, à l'occasion du Grand Prix d'Allemagne. A contrario, Lewis Hamilton n'a pas ménagé ses efforts pour limiter les dégâts et hisser sa Mercedes sur le podium.

Débarrassé de Lewis Hamilton en qualifications, Nico Rosberg avait déjà remporté le Grand Prix d’Allemagne, son Grand Prix, samedi. Malgré une pluie menaçante mais qui n’est jamais venue, l’Allemand s’est imposé facilement et sans faire de bruit devant son public. Son coéquipier, lui, est passé de la 20ème place à la troisième marche du podium. Il a été le garant du spectacle.

Deux arrêts, une petite alerte et puis s’en va
Comme Valtteri Bottas, son dauphin, Nico Rosberg n’a eu besoin que de deux arrêts, dimanche, pour glaner son quatrième succès de la saison, consécutif à sa pole obtenue la veille. Hormis une petite alerte avant son deuxième pit à cause d’un pneu avant un peu trop abîmé à son goût, l’Allemand n’a pas eu à forcer. Le tonneau de Felipe Massa ? Il était logiquement devant quand l’accident s’est produit et il a su ménager son départ sous régime de Safety Car pour ne pas être menacé par Bottas. La suite fut une course de gestion, avec une stratégie claire qui, en l’absence de pluie, a fonctionné comme prévu. D’ailleurs, hormis à l’arrivée, personne ne s’est occupé de lui, signe d’un dimanche impérial. "C’est une sensation indescriptible de gagner à domicile." dira-t-il.

Hamilton, pour le spectacle
Avec un accident le samedi et une pénalité pour changement de boîte de vitesse, Lewis Hamilton ne s’est pas vraiment rendu la tâche très simple. Mais il fut l’un des seuls à partir en pneus tendres, ce qui lui a permis, malgré un départ timide, de retarder son premier arrêt, tout en refaisant son retard en quelques tours. Fort de son premier run décalé et parfaitement mené avec des dépassements en veux-tu en voilà, l’Anglais a mené une vraie course d’attaquant. A la fin de la course, il commet l’erreur d’anticiper son troisième et dernier passage au stand en pensant qu’une Safety Car serait de sortie après l’abandon d’Adrian Sutil, dont la monoplace était bloquée en piste. Les commissaires en ont décidé autrement et, ses super tendres en dernier relais ne lui ont pas permis de dépasser Bottas dans les ultimes kilomètres. A deux ou trois tour près, il offrait le doublé à Mercedes et limitait encore plus la casse au Championnat Pilotes (il compte 14 points de retard sur Rosberg).

Bottas, l’air de rien
Derrière le duel Rosberg/Hamilton qui tient toutes ses promesses, il y a un pilote qui réussit de très, très belles choses dans l’ombre. Effectivement, Valtteri Bottas vient de signer un troisième podium d’affilée, après sa deuxième place à Silverstone et sa troisième place en Autriche. Motorisée par Mercedes, sa Williams surprend le paddock et sa performance est réellement à souligner. Aux côtés de Lewis Hamilton, Nico Rosberg et Daniel Ricciardo, il est l’un des rares pilotes à être monté au moins deux fois sur le podium cette saison. Fernando Alonso et Sebastian Vettel, auparavant très en vue, ne peuvent pas en dire autant. S’il continue comme ça, le Finlandais pourrait s’affirmer comme la troisième force du championnat.