F1 - GP Allemagne 2016 : Rosberg n'a plus le droit à l'erreur

Voir le site Automoto

Nico Rosberg (Mercedes)
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-07-31T07:42:41.783Z, mis à jour 2016-07-31T07:43:02.237Z

Devancé par son coéquipier Lewis Hamilton au championnat, l'Allemand a l'occasion de récupérer la place de leader devant son public avant la trêve estivale.

12e manche de la saison 2016 de Formule 1 et dernière course avant la pause estivale, le Grand Prix d'Allemagne qui se déroule ce week-end à Hockenheim promet d'être électrique à tous les niveaux. La rédaction d'Automoto vous propose un rapide tour d'horizon avant le départ qui sera donné à 14h, heure française.

Une occasion en or pour Rosberg

Il comptait 43 points d'avance sur son partenaire de garage après le cinquième Grand Prix de la saison, à Barcelone. Depuis, six manches se sont écoulées et Nico Rosberg voit désormais Lewis Hamilton pointer à six longueurs devant lui. C'est clair, net et précis : l'Allemand s'est perdu en chemin depuis le mois de mai dernier avec des performances en dents de scie (Monaco, Hongrie) et des erreurs qui lui ont coûté cher (accrochage avec son coéquipier britannique dans le dernier tour du Grand Prix d'Autriche). Ce dimanche à Hockenheim, le pensionnaire de la Flèche d'Argent n°6 s'élancera de la pole position, encore. A lui de la convertir par une victoire pour reprendre son trône avant le début de la trêve estivale et être plus apaisé psychologiquement avant la reprise dans un mois.


Ferrari doit réagir !

Depuis le retour en Europe, Ferrari voit sa place de dauphin de Mercedes menacée par Red Bull. Et lors des trois dernières courses, la Scuderia a glissé d'un rang, à chaque fois battue par au moins l'une des monoplaces du team autrichien. D'ailleurs, seul Max Verstappen a brisé l'hégémonie Mercedes cette saison en s'imposant pour sa première course dans la RB12 à Barcelone. Ce n'était donc pas une voiture rouge qui a eu le droit de sabrer le champagne sur la plus haute marche du podium. Rien d'étonnant. Car à l'image des dernières saisons, hormis l'année dernière, les Rouges de Maranello semblent dépassé par les événements en termes de compétitivité et gaspillent plus d'énergie dans leurs déclarations face à la redoutable presse transalpine que dans le développement de leur machine. Espérons pour eux que la pause estivale soit synonyme de nouveau départ. Dans le bon sens, si possible. En attendant, Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel partiront encore derrière leurs rivaux ce dimanche.


Un nouveau top 10 jouable pour McLaren ?

Son week-end en Hongrie a été extrêmement encourageant avec une 7e place finale signée Fernando Alonso. Alors, forcément, McLaren-Honda était attendu au tournant en Allemagne, même si le tracé d'Hockenheim est un peu plus rapide et moins tortueux que le Hungaroring. Pour l'heure, le week-end de l'écurie basée à Woking s'apparente à une réelle déception après des séances d'essais libres encourageantes et des top 10 réguliers. Jenson Button s'élancera finalement 12e, juste devant Fernando Alonso. Heureusement pour Ron Dennis et ses hommes, c'est le dimanche que les points se distribuent...


Et aussi...

En perdition depuis trois Grands Prix (seulement 4 points inscrits), Williams a retrouvé quelques couleurs avec une 7e place de Valtteri Bottas à l'issue des qualifications et une 10e position sur la grille pour Felipe Massa. Un petit sursaut qu'il faudra confirmer en course. En revanche, ça ne va pas mieux pour Renault, scotché aux alentours de la 15e place. Et que dire de Sauber, qui se retrouve sur la dernière ligne de départ, derrière les Manor. Pour Romain Grosjean, le week-end est dores et déjà terminé, à moins d'un miracle, avec une 20e place sur la grille après un changement de boîte de vitesses sur sa Haas.