Dans l'actualité récente

F1 - GP Allemagne : Lewis Hamilton ne s'y attendait pas

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton - Mercedes
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-07-06T14:38:00.000Z, mis à jour 2013-07-06T17:51:51.000Z

Lewis Hamilton ne pensait pas partir devant son coéquipier dimanche et encore moins devant tout le monde. Pourtant, c'est bien sa Mercedes qui s'élancera de la pole position, en sachant que les Red Bull de Vettel et Webber lui mettront la pression.

Lewis Hamilton est le premier surpris par sa pole position obtenue samedi après-midi au Nürburgring, devant Sebastian Vettel. Il se savait en difficulté par rapport à son coéquipier mais a su réagir de la meilleure des façons.


"Je souffre"

"C'est surprenant parce que je souffre depuis la première séance d'essai. Et c'était encore pire ce matin [samedi] et nous étions à 8 dixièmes. Mais nous avons travaillé dur pour tout analyser, faire de nombreux changements et prié pour que ça fonctionne. Fort heureusement, la voiture était avec moi et j'ai pu faire le temps que j'ai fait." Lewis Hamilton s'attendait à tout sauf à cela. Du reste, il s'est offert sa deuxième pole d'affilée, la 29ème de sa carrière.


Rosberg ? "Une grosse surprise"

Bien entendu, Lewis Hamilton a cru qu'il partirait derrière son coéquipier Nico Rosberg, eu égard à ses deux récents succès (sur trois courses) et ses temps réalisés lors des essais (2ème aux sessions 1 et 2). "C'était une grosse surprise pour nous tous car Nico a été très rapide tout le week-end, nous pensions qu'il serait devant moi aujourd'hui [samedi]. [En Q2], il n'était que deux dixièmes derrière moi et, bien sûr, la piste s'est améliorée donc c'était surprenant et cela nous a piégés."


Vettel est confiant
Pour sûr, Lewis Hamilton est favori pour remporter le GP d'Allemagne. Mais, derrière lui, il y a deux clients prénommés Sebastian Vettel et Mark Webber. "Nous sommes plus proches qu'à Silverstone. Nous avons fait quelques progrès et nous sommes confiants." indique d'ailleurs le pilote allemand. Des propos corroborés par ceux de son coéquipier australien, "Nous sommes bons sur les longs relais et dans une bonne position pour mettre la pression sur Mercedes." Une pression à laquelle il faut ajouter le mauvais souvenir de Silverstone, quand Lewis Hamilton a vu son pneu arrière éclater et condamner ses chances de victoire.


Au vu des conditions changeantes, la course s'annonce des plus indécises.