F1 GP Australie 2011 : McLaren et Red-Bull plus rapides aux essais

Voir le site Automoto

Red Bull Renault RB7 2011
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2011-03-25T09:50:00.000Z, mis à jour 2011-04-01T07:51:22.000Z

Les premiers essais libres du GP d'Australie de Formule 1 ont vu les Red Bull-Renault, puis les McLaren dominer les chronos ce matin avec Webber et Button au premier rang.

Mark Webber et Jenson Button ont signé les meilleurs temps ce matin aux essais libres du Grand Prix de F1 d'Australie 2011.


Il fallait se lever tôt pour assister aux essais libres ce matin. 2h30 heure française, les coureurs se sont élancés sur la piste. Lors de la première session, la domination des Red Bull Renault fut importante, Mark Webber et Sebastian Vettel laissant Alonso, 3è, à quasiment 1 seconde.


6è et 7è le matin, les McLaren-Mercedes se sont classées au premier rang dans la deuxième session. Jenson Button, champion 2009, a soufflé d'un peu plus d'un dixième le meilleur temps à Lewis Hamilton. Ce dernier ne dépasse que d'un cheveu le Ferrari d'Alonso et la Red Bull de Vettel.

Lotus-Renault R31 Australie
Débuts mitigés pour Lotus-Renault


Derrière, difficile de distinguer les tendances, Si les Mercedes GP semblent, avec Ferrari, les meilleures du plateau avec McLaren et Red Bull, cela risque de frotter entre Toro Rosso, Lotus-Renault, Sauber et Williams, éparpillées en milieu de tableau. Quant à HRT, seul un tour, disons de démonstration, a été opéré dans l'après-midi par Vitantonio Liuzzi.


Alors que l'écurie malaise était en fond de tableau en 2010, ces essais ont montré une tendance à l'amélioration, liée à la motorisation Renault, en place de Cosworth. Heikki Kovalainen n'a pu faire mieux que 20è aux deux sessions, situé donc en rapidité entre les Force India Mercedes et les Virgin Cosworth. Jarno Trulli n'a procédé que dans l'après-midi, avec 23 tours au compteur pour un temps identique à son coéquipier, quant Karun Chandhok abimant la T128 au petit matin en tapant un muret.

Rapides aux essais, et souvent preneuses de pôles, les Red Bull feront-elles le même scénario qu'en 2010 ?