F1 - GP Australie 2016 : Rosberg au bout du suspense

Voir le site Automoto

F1 - GP d'Espagne 2015 - Nico Rosberg
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-03-20T09:22:01.738Z, mis à jour 2016-03-20T09:24:54.496Z

Marqué par un drapeau rouge, le GP d’Australie a accouché d’un spectacle plein. A la fois prudent et opportuniste, Nico Rosberg s’est imposé devant Lewis Hamilton et Sebastian Vettel.

Au terme d’un Grand Prix aux multiples rebondissements, dont un drapeau rouge, Nico Rosberg a effacé son samedi et son vendredi noirs en empochant la victoire à Melbourne. Il devance son coéquipier Lewis Hamilton et son compatriote Sebastian Vettel.

Départ raté des Mercedes

Parties, comme trop souvent, de la première ligne, les Mercedes de Nico Rosberg et Lewis Hamilton se sont loupées à l’extinction des feux. Si l’Allemand, très agressif sur l’Anglais, a su limiter les dégâts en se maintenant à la troisième place, le triple champion du monde ne pointait qu’au sixième rang après le première virage. Le premier tiers de la course était donc l’apanage des Ferrari après les excellents envols de Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen. L’Allemand de la Scuderia, qui adore avoir la piste dégagée, a d’abord dominé les débats, conservant une avance aux alentours des deux secondes sur le Finlandais. Derrière, Rosberg a tenté - et réussi - l’undercut pendant qu’Hamilton butait sur la Toro Rosso de Verstappen.

La grosse frayeur

Un duel 100 % allemand se dessinait entre Nico Rosberg et Sebastian Vettel. Il a bel et bien eu lieu et tourné en faveur du pilote Mercedes. Ce dernier a profité du drapeau rouge induit de l'accident spectaculaire - et heureusement sans gravité - de Fernando Alonso après une manoeuvre sur Gutierrez. Le GP interrompu, Nico Rosberg a chaussé les gommes médiums, optant pour une stratégie plus sage. Tout le contraire de Sebastian Vettel, très agressif avec ses deux relais en super tendres avant de finir en tendres. Finalement, les médiums ont tenu jusqu’au bout, qui plus est avec un rythme élevé, et Rosberg a conservé sa première place. Hamilton, en médiums également, a permis d’assurer le doublé, bien aidé par l’abandon de Kimi Räikkönen, lâché par sa mécanique. Daniel Ricciardo (Red Bull) et Felipe Massa (Williams) omplètent le top 5, devant un Romain Grosjean tout content d’offrir la sixième place - et les premiers points - à Haas Racing.

Rosberg débute comme il a fini

Vainqueur des trois dernières courses de la saison dernière, quand plus rien ne se jouait, Nico Rosberg était alors l’homme à abattre. C’était beaucoup moins vrai après les qualifications de samedi où, dominé par Lewis Hamilton, il a commis plusieurs erreurs. Mais l’Allemand sait plus que quiconque que seul le dimanche compte à l’arrivée. A Melbourne, il n’a sans doute pas été le plus fort mais le plus opportuniste. Surtout, ses 25 points empochés lui donnent de la confiance pour la suite de la saison. Dans la guerre psychologique face à Hamilton, c’est 100 % bénéfice.