F1 - GP Australie 2016 : victime d’un crash violent, Alonso est un miraculé

Voir le site Automoto

Fernando Alonso (McLaren Honda)
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-03-20T12:35:18.032Z, mis à jour 2016-03-20T12:37:58.664Z

Fernando Alonso a échappé au pire sur le circuit de Melbourne, durant la première manche la saison 2016. Victime de plusieurs tonneaux suite à un accrochage, l’Espagnol a frôlé la mort.

Les images font froid dans le dos et rappellent ô combien la Formule 1 peut être un sport dangereux. Mais, par sa chance, Fernando Alonso est sorti indemne de son choc avec Esteban Gutierrez.

17ème tour

Alonso Fernando se battait avec Esteban Gutierrez au moment où sa McLaren a percuté la monoplace de l’écurie Haas Racing. Suite à l'accrochage à plus de 300 km/h, sa voiture s’est envolée et l’Espagnol a subi deux tonneaux d’une violence inouïe. Finalement, il a pu s’extirper très vite de sa McLaren mais la peur pour sa vie était là. Aux micros des journalistes présents à Melbourne, il a confié, « J'avais conscience de ce qu'il se passait, mais il n'y avait plus rien à faire. Dans ces cas-là, il faut compter sur la chance, sur la voiture. Je suis en vie grâce à la sécurité en F1, à l'équipe, à la FIA, aux règles plus strictes en matière de sécurité. C'était un accident effrayant, j'ai de la chance d'être ici, je suis heureux et reconnaissant. Nous avons perdu la voiture à cause des dégâts, mais je suis heureux de pouvoir parler avec vous. » 

La faute de Gutierrez ?

Sur le direct, nous pouvons voir Esteban Gutierrez quitter légèrement sa trajectoire. Est-ce la cause du crash ? Fernando Alonso ne préfère accabler personne, « Honnêtement, je ne pense pas (que ce soit sa faute). C'est difficile de juger. J'ai pris son aspiration pour le dépasser aussi vite que possible, j'étais caché derrière son aileron. C'est un concours de circonstances. » Le pilote Haas Racing, lui, a expliqué, « Je savais qu'il était derrière moi, j'ai freiné dans le virage 3, sur ma trajectoire, et tout s'est passé par surprise. » D’ailleurs, les commissaires n’ont infligé de pénalité à personne.

« Je suis déçu de ne pas avoir terminé la course »

Sonné mais soulagé, Fernando Alonso est redevenu le compétiteur que nous connaissons quand il a fait montre de sa déception face à ce dénouement, « Je suis déçu de ne pas avoir terminé la course et marqué des points. Et surtout d'avoir détruit la voiture. Les dégâts sont importants et on a perdu un châssis. On utilisera le second lors de la prochaine course. Mais je suis tout de même heureux d'être là et de parler. » Déjà victime d’un grave accident en 2003 au Brésil, Fernando Alonso ressent « des douleurs un peu partout » mais il pense déjà à la prochaine course.