F1 - GP Belgique 2014 : Rosberg-Hamilton, réconciliés pour faire gagner Mercedes ?

Voir le site Automoto

GP Canada 2014 - Lewis Hamilton & Nico Rosberg
Par Stéphane Renaux|Ecrit pour TF1|2014-08-24T09:31:00.000Z, mis à jour 2014-08-24T09:37:37.000Z

Auteurs d'une saison quasi-parfaite avec l'écurie Mercedes, Nico Rosberg et Lewis Hamilton partiront en première ligne lors du GP de Belgique ce dimanche à Spa (14 heures). Mais les relations entrent l'Allemand et le Britannique sont loin d'être apaisées.

La meilleure voiture

Si Nico Rosberg et Lewis Hamilton trustent les deux premières places du classement pilotes depuis le début de la saison, ce n’est pas un hasard. Si leur talent ne se discute pas, la qualité de leur monoplace n’est pas étrangère à leur succès. En effet, les patrons du constructeur allemand Toto Wolff et Paddy Lowe, ont parfaitement su s’adapter au nouveau moteur V6 turbo. Une sacrée performance quand on sait que le quadruple champion du monde en titre, l’Allemand Sebastian Vettel, a du mal à s’y faire avec sa Red Bull. "Notre voiture est vraiment la meilleure et ça fait plaisir de voir que l'équipe continue à faire du super travail, tout le temps, en restant devant et en conservant l'écart avec les autres", a confié le leader du championnat à l’issue de la séance de qualifications du GP de Belgique.

Pourquoi ça coince ?

Alors que tout leur réussi ou presque dans cette nouvelle ère de la Formule 1, les liens entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton, qui se connaissent depuis le karting, n’ont cessé de se dégrader au fil des mois. Le GP de Monaco en mai dernier a laissé des traces. Pour avoir roulé tout droit au virage Mirabeau, l’Allemand a provoqué la sortie du drapeau jaune en fin de qualification. Une erreur qui a fortement déplu à son coéquipier britannique. Il y a un mois lors du GP de Hongrie, une réunion s’est tenue afin d’apaiser les tensions qui habitent les deux hommes. Manqué !

Lutte acharnée sur les circuits
Si Lewis Hamilton se souvient bien de la dernière édition du GP de Belgique, avec un abandon dès le premier tour, nul doute que le Britannique aura à cœur de bien figurer sur le circuit à Spa, où il a déjà gagné en 2010. Car le champion du monde 2008, vainqueur de cinq manches (dont quatre consécutives) cette saison, semble être l’unique rival de Nico Rosberg, vainqueur de quatre courses. L’Allemand compte d’ailleurs onze longueurs d’avance sur celui qu’il compte bien rejoindre avec un premier titre mondial en fin de saison. Une saison qui devrait revenir à Mercedes pour le titre constructeur. En revanche, pour le titre pilote, c’est l’incertitude qui prime. Tant mieux pour le spectacle !