Dans l'actualité récente

F1 GP du Canada 2015 : qualifié cinquième, Grosjean est tout sourire

Voir le site Automoto

Romain Grosjean (Lotus-Renault) lors du GP F1 d'Espagne le 10 mai 2014
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2015-06-07T12:56:00.000Z, mis à jour 2015-06-07T13:01:09.000Z

Après une saison 2014 noire et un début d'exercice 2015 compliqué, Romain Grosjean revit au Canada. Il partira cinquième au volant de sa Lotus.

La perf' des qualifications
C'est sans aucun doute la grosse performance du début du week-end : déjà très en vue lors des essais (troisième en FP1 et FP3), Romain Grosjean est parvenu à hisser sa Lotus à la cinquième place, derrière Hamilton, Rosberg, Räikkönen et Bottas. Ce retour au premier plan après une saison 2014 noire, où rien ne fonctionnait, permet au Français de retrouver le sourire. En pleine confiance dan sa monoplace équipée d'un moteur Mercedes, il décrochera peut-être son premier podium depuis Austin en 2013, l'année où il a signé ses meilleurs résultats en carrière. A noter qu'il partira juste devant Pastor Maldonado, son coéquipier.

"Elle fait du bien au moral"
C'est un Romain Grosjean tout sourire qui s'est exprimé devant les journalistes au sortir des qualifications. Pour la première fois depuis plus d'un an (GP d'Espagne en 2014), il s'est immiscé dans le top 5, "celle-là, elle fait du bien au moral. Ce qui fait plaisir, c'est qu'on a bien roulé depuis le début du week-end et, à chaque fois qu'on prend la piste, on est constants." Regrette-t-il la quatrième place ? "A choisir, je préfère m'élancer cinquième plutôt que quatrième. Après, la troisième place, je ne dis pas (sourire)." Le Français n'aurait pas voulu s'élancer du côté sale de la piste, en somme.

La course
Romain Grosjean estime que le Canada est le premier GP "où la voiture se comporte aussi bien tout au long du week-end." Toutefois, il sait que les équipes ont connu une préparation tronquée à cause de la pluie aux essais 2 puis des deux drapeaux rouges aux essais 3. "On n'a pas encore fait de longs relais dans les conditions de chaleur qu'on devrait avoir lors de la course... Mais, ici, dans ce domaine, comme pour la consommation d'essence et l'usure des freins, il y a un juste équilibre à trouver. Et puis on peut espérer qu'il y ait des petits soucis devant. Regardez l'an dernier avec Daniel Ricciardo qui gagne alors qu'on ne voyait pas les Red Bull devant..." En voilà une belle chance à saisir.