F1 - GP Canada 2016 : Hamilton décroche une pole position grandiose

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes)
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-06-11T18:09:54.095Z, mis à jour 2016-06-11T18:27:25.753Z

A bord de sa Mercedes, le triple champion du monde britannique a signé le meilleur temps des qualifications devant son coéquipier Nico Rosberg et Sebastian Vettel, exceptionnel dans sa Ferrari.

Sur le tracé de Gilles-Villeneuve, l'un de ses circuits fétiches où il s'est déjà imposé à quatre reprises depuis le début de sa carrière en F1, Lewis Hamilton a signé une pole position tonitruante au volant de sa Mercedes. Le triple champion du monde britannique a devancé son coéquipier Nico Rosberg et Sebastian Vettel (Ferrari) et a de grandes chances de glaner un cinquième succès au Canada ce dimanche, même si la tâche ne sera pas facile.


Q1 : Rosberg à la fête, Palmer et Haryanto à la traine

Loin d'être à la fête après le crash de Kevin Magnussen à la fin des essais libres 3 et, de facto, la non-participation du Danois à ces qualifications, Renault a continué de broyer du noir lors de la Q1. Certes, Jolyon Palmer n'est pas un foudre de guère mais sa prestation a une fois de plus déçu, tout comme la monoplace jaune qui embarquait pourtant une évolution moteur à son bord et qui échoue à 15 millièmes de la Q2. Rio Haryanto (Manor Racing) a imité son « compère britannique » en rendant une copie « maldonadesque », heurtant un mur en toute fin de séance. Devant, Hamilton et Vettel ont montré les muscles avant leur premier tour rapide mais c'est finalement Rosberg qui a eu le dernier mot devant son compatriote et Daniel Ricciardo (Red Bull).


Q2 : Sainz dans « le mur des Champions », Mercedes assomme la concurrence

Toujours sous la menace de la pluie, la seconde partie des qualifications a commencé avec un drapeau rouge. Le fautif ? Carlos Sainz (Toro Rosso) qui a terminé sa course dans le célèbre « mur des Champions ». Pas de quoi arrêter les ardeurs des autres pilotes qui sont immédiatement ressortis après la reprise de la séance. Et il n'a pas fallu longtemps pour que Mercedes frappe un grand coup avec un temps stratosphérique de 1'13.076 pour Hamilton, Rosberg échouant à 18 millièmes de son coéquipier britannique. 3e, Ricciardo ne pouvait que constater les dégâts, à plus de 4 dixièmes du leader, ce qui est énorme sur ce type de tracé, court et rapide. Derrière, Fernando Alonso (McLaren-Honda) a assuré le spectacle en se qualifiant d'extrême justesse en Q3. Pas de miracle en revanche pour Romain Grosjean (Haas F1 Team), 15e derrière son coéquipier Esteban Gutiérrez.


Q3 : le coup du marteau de Mercedes, Vettel surnage

Sans surprise, la Q3 n'a donné lieu à un faux-suspense, tant l'avance de Mercedes sur la concurrence semble gigantesque. En 1'12.872, Hamilton a mis tout le monde d'accord. Rosberg lui a emboité le pas, à 62 millièmes et Vettel a réalisé un tour hors norme pour se rapprocher à un dixième des Flèches d'Argent, ne laissant que des miettes à la concurrence. 

Mais le fait d'avoir trois voitures dans un mouchoir de poche promet une course très ouverte dimanche où le départ du Grand Prix sera donné à 20h, heure française.