Dans l'actualité récente

F1 - GP d'Abu Dhabi 2016 : trop fort pour Rosberg, Hamilton s'empare de la pole

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes) - GP d'Abu Dhabi 2016
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-11-26T14:16:29.170Z, mis à jour 2016-11-26T14:18:03.447Z

Lewis Hamilton (Mercedes) a signé une pole position remarquable sur le tracé de Yas Marina et met ainsi un peu plus la pression sur son partenaire de garage Nico Rosberg, actuel leader du Mondial.

Incroyable Lewis Hamilton ! Au volant de sa Mercedes n°44, le triple champion du monde britannique n'avait pas le choix et se devait de glaner la pole position à Abu Dhabi, théâtre du 21e et dernier Grand Prix de la saison 2016 de Formule 1. La raison ? Mettre la pression jusqu'au bout sur son coéquipier, Nico Rosberg, l'actuel leader du championnat. C'est chose faite au terme d'un numéro impressionnant en qualifications.

F1 : Un tour de Yas Marina en 3D par Lewis Hamilton


Q1 : Hamilton dégaine d'entrée

En signant un temps en 1 minute, 39 secondes et 487 millièmes, le triple champion du monde britannique a envoyé un signal fort à la concurrence et à son partenaire de garage. Le patron ce week-end, c'est lui et il compte bien le rester pour se donner toutes les chances de conserver sa couronne. Derrière, Rosberg a pris plus d'une seconde sur un tour, sans doute prudent dans sa Mercedes n°6.


De quoi permettre aux Ferrari de Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel et à la Red Bull de Max Verstappen de s'intercaler. Un trio déjà très en forme lors des derniers essais libres. En fin de peloton, Daniil Kvyat (Toro Rosso), Kevin Magnussen (Renault), Felipe Nasr (Sauber), Esteban Ocon (Manor), Carlos Sainz (Toro Rosso) et Marcus Ericsson (Sauber) n'ont pas pu se qualifier en Q2, au contraire de Pascal Wehrlein (Manor), de nouveau surprenant au volant de sa MRT05.


Q2 : Rosberg hausse le temps, Red Bull entre très stratège

Comme en Q1, Hamilton et Rosberg n'ont pas perdu de temps pour assurer un chrono. A ce petit jeu, le Britannique a de nouveau devancé son partenaire de garage en 1 minute, 39 secondes et 382. A ceci près que l'Allemand s'est rapproché à un dixième et aurait même pu lui passer devant sans une toute petite erreur dans le dernier secteur. Derrière, Räikkönen et Vettel se sont de nouveau montrés mais ont rapidement été éclipsés par le choix stratégique de Red Bull. Alors que tout le monde a choisi de rouler en gomme « ultra-tendre », Daniel Ricciardo et son coéquipier Verstappen ont tous les deux opté pour le pneu rouge, le « super-tendre ».


Au final, les deux hommes se sont respectivement classés 6e et 4e et s'élanceront avec des pneus plus résistants à la dégradation demain sur la grille de départ. Valtteri Bottas (Williams), Jenson Button (McLaren), Esteban Gutiérrez (Haas F1), Romain Grosjean (Haas F1) et Jolyon Palmer (Renault) ont quant à eux accompagné un surprenant Wehrlein dans le groupe des éliminés en Q2.


Q3 : Hamilton était trop fort

Une fois de plus, Hamilton et Rosberg ont frappé d'entrée de jeu avec un premier combat à distance. Et comme en Q1, puis en Q2, c'est le tenant du titre qui s'est montré le plus rapide avec un temps en 1 minute, 39 secondes et 13 millièmes, soit trois dixièmes de mieux que l'actuel leader du Mondial. Derrière, Ferrari et Red Bull ont essayé mais n'ont rien pu faire face à la suprématie des Flèches d'Argent, Räikkönen devançant Ricciardo, Verstappen et Vettel, auteur d'un blocage de roue fatal à l'entame du deuxième secteur.


Le deuxième round de la Q3, haletant, ne changera que très peu les positions, même s'il faut noter le très bon 3e chrono de Ricciardo et, surtout, le temps canon d'Hamilton en 1 minute, 38 secondes et 755 millièmes. Soit le seul pilote à tomber sous la minute 39... Suffisant pour gagner demain ? Réponse à 14h, heure française.

Insolite : quand Hamilton déconcentre Rosberg au volant...