Dans l'actualité récente

F1 – GP d'Austin 2016 : Hamilton s'impose et reprend espoir dans la course au titre

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton Mercedes F1
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-10-23T21:11:00.628Z, mis à jour 2016-10-23T21:11:53.303Z

Au terme d'une course maîtrisée, Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le Grand Prix des Etats-Unis devant Nico Rosberg et se relance - un peu - dans la course au titre face à son coéquipier.

Il partait avec un retard de 33 points sur son coéquipier avant le départ du Grand Prix des Etats-Unis, 18e manche de la saison 2016 de Formule 1. Le drapeau à damiers franchi, Lewis Hamilton a réduit l'écart avec Nico Rosberg dans la course au titre en lui reprenant 7 longueurs. La raison ? Le triple champion du monde britannique s'est imposé en patron sur le circuit d'Austin devant son équipier, toujours solide leader du Mondial.

F1 : Le Top 10 des records de victoires en Grand Prix


Ricciardo surprend Rosberg au départ

C'était prévisible au vue des différentes stratégies pneumatiques. Profitant de son train de « super tendre », Daniel Ricciardo a bondi de son emplacement dès l'extinction des feux. Mais l'Australien a été immédiatement gêné dans son élan par Rosberg qui s'est rabattu sur son côté afin de se blottir derrière l'aileron arrière d'Hamilton, auteur d'un très bon départ... enfin ! Qu'à cela ne tienne : le natif de Perth a profité du virage n°1 pour se positionner comme il se doit et mieux ressortir avant d'entamer la succession de courbes du premier secteur. Le résultat a été immédiat et le pilote de la monoplace n°3 s'est emparé du second rang de la course.


Du grabuge dans le peloton

Derrière, les choses se sont déroulées de manière plus mouvementée avec un affrontement électrique entre Sebastian Vettel (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull), ce dernier tournant finalement à l'avantage du pilote néerlandais. De nombreux contacts entre les pensionnaires du peloton ont également eu lieu, causant notamment une crevaison pour Valtteri Bottas (Williams) et un abandon de Nico Hülkenberg (Force India) pour une direction cassée. La palme revient quand même à Daniil Kvyat, tout juste confirmé chez Toro Rosso pour 2017, qui a offert un joli tête-à-queue à Sergio Perez (Force India). Une pénalité de 10 secondes lui sera finalement donnée par la direction de course, à juste titre.


Stratégies décalées

Les Mercedes étant sur une stratégie différente des Red Bull, les premiers arrêts au stand ne se sont pas fait longtemps attendre et ont eu lieux aux alentours du 10e tour de course. Et à ce petit jeu, la firme à l'Etoile a décidé de ne pas mettre ses œufs dans la même panier en faisant chausser les « tendre » à Hamilton et les « medium » à Rosberg. Choix logique pour le Britannique mais aussi pour l'Allemand afin de lui permettre de reprendre la deuxième place à Ricciardo lors du dernier changement de pneus, voire dans le dernier relai. En attendant, la bataille en piste n'a pas manqué de faire rage entre la Mercedes n°6 et les deux Red Bull, Max Verstappen se montrant notamment très menaçant dans les rétroviseurs de l'actuel leader du Mondial.

Verstappen, un raté et un abandon

Mais la bataille entre l'Allemand et le fougueux néerlandais n'a pas eu lieu. D'abord parce que Rosberg a finalement réussi à avoir un rythme suffisamment rapide pour se mettre hors de portée de son adversaire. Puis, Verstappen s'est fourvoyé, rentrant au stand alors que son écurie ne l'attendait pas. Le Néerlandais s'en est excusé mais le mal était fait : 9,2 d’immobilisation et une 7e place au moment de reprendre la course. Une course, justement, que le pilote de la machine n°33 ne terminera pas, la faute à un problème technique sur sa RB12 quelques instants plus tard. De quoi déclencher une Voiture de Sécurité Virtuelle et propulser Rosberg à la deuxième place, Ricciardo s'étant arrêté avant le déclenchement de cette dernière.

Le show Alonso !

La suite ? Entre procession et scénario à rebondissements. L'abandon de Kimi Räikkönen, la faute à une roue arrière gauche mal fixée sur sa Ferrari lors de son ultime passage au stand, viendra sortir la course de sa torpeur. Tout comme le duel musclé entre Fernando Alonso (McLaren-Honda) et Felipe Massa (Williams) en fin de course pour la 6e place avec un contact entre les deux hommes. L'Espagnol se paiera même le luxe d'aller chercher son compatriote Carlos Sainz (Toro Rosso) pour arracher la 5e place dans le dernier tour.




Hamilton, une 50e en patron

Pour le reste, c'est une victoire qui a de quoi ravir Hamilton, le triple champion du monde britannique signant la 50e victoire de sa carrière et sauvegardant ainsi ses espoirs de titre à trois Grands Prix du but. Le podium est complété par Rosberg et Ricciardo tandis que la fin du top 10 est composé par Vettel, Alonso, Sainz, Massa, Perez, Button et Grosjean, qui marque un point miraculeux après un week-end compliqué avec sa Haas.



La prochaine course ? Dans une semaine au Mexique, endroit dans lequel Rosberg s'était montré intraitable l'année dernière, lançant une série de sept victoires consécutives, à cheval sur deux saisons.


Le garage de Lewis Hamilton en vidéo