F1 - GP d’Australie 2017 : Sebastian Vettel ne croyait pas à la pole

Voir le site Automoto

Sebastian Vettel pour la première fois sous les couleurs de la Scuderia Ferrari au circuit de Fiorano le 29 novembre 2014
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-03-25T13:49:20.825Z, mis à jour 2017-03-25T14:17:26.969Z

Qualifié deuxième, Sebastian Vettel (Ferrari) n'estimait pas que la pole position était possible à Melbourne. Il donne rendez-vous aux Mercedes dimanche.

Sebastian Vettel a réussi à tirer le meilleur de sa Ferrari pour échouer à un peu moins de trois dixièmes de la pole obtenue par Lewis Hamilton. Il est bien évidemment ravi du résultat et cela promet une course disputée dimanche, ce qui n’a été que trop rarement le cas ces trois dernières saisons.

Le retour d’une vraie rivalité ?


Ferrari n’a peut-être jamais été aussi proche des Mercedes. Et nous ne sommes qu’à la première course de la saison. Autant dire que les fans de la Scuderia peuvent nourrir de gros espoirs pour cette année 2017. En s’intercalant entre les monoplaces de Lewis Hamilton et de Valtteri Bottas, le quadruple champion du monde allemand a de quoi semer la zizanie chez les Flèches d’Argent. « Nous avons une bonne voiture, les choses s’améliorent, et c’est bien de voir que des choses fonctionnent, que la voiture fonctionne. » confie l’intéressé, heureux de constater que les bonnes prestations aperçues lors des essais hivernaux n’étaient pas qu’un écran de fumée.

« Je ne pense pas que la pole était possible »

Pour autant, Sebastian Vettel sait qu’il reste encore beaucoup à faire pour aller chercher les quelques dixièmes manquants pour finir en tête de la feuille des temps à l'issue des qualifications. Pour preuve, il ne pensait pas pouvoir faire la pole aujourd’hui, « Je suis plutôt ravi de la fin du tour, peut-être moins du premier secteur, où j’ai perdu beaucoup, mais je crois que Lewis a également fait un excellent tour donc… J’aurais aimé mais je ne pense pas que la pole était possible. » Lucide, l’Allemand peut néanmoins être satisfait de ce qu’il a produit samedi après-midi en mettant Valtteri Bottas derrière lui.

« Nous pouvons faire quelque chose en course »

Mercedes a l’habitude de créer des formidables monoplaces pour les qualifications, ce qui permet de signer une pole position synonyme de course tranquille en cas de bon départ. Mais, comme on l’a vu par le passé, Red Bull et Ferrari sont parfois parvenus à faire douter les champions constructeurs en course. Sebastian Vettel en est persuadé, « Je pense que nous pouvons faire quelque chose en course, comme je l'ai dit, la voiture est bien, nous l’avons améliorée et le rythme devrait être encore meilleur qu’hier (vendredi). Je suis pressé. Cela a été un bon hiver pour nous. Beaucoup de choses ont changé ces douze derniers mois, pour le meilleur je pense. » Maintenant, il faudra que les choses changent, aussi, sur la piste. Une première ligne pour l’ouverture de la saison est déjà une belle étape franchie.

Ferrari Days 2016 - Sebastian Vettel enflamme Hockenheim