F1 - GP d’Australie 2017 : Valtteri Bottas déçu de sa performance lors des qualifications

Voir le site Automoto

Valtteri Bottas Mercedes essais F1 Barcelone 2017
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-03-25T10:06:50.395Z, mis à jour 2017-03-25T14:17:42.102Z

Valtteri Bottas n'a pas été en mesure de battre Sebastian Vettel (Ferrari) avec sa Mercedes. Il promet de livrer bataille dimanche, dès le départ.

Valtteri Bottas, remplaçant du retraité Nico Rosberg, n’a pas su faire mieux que le troisième chrono lors des qualifications à Melbourne, ses premières avec l’écurie Mercedes. Le Finlandais était déçu.

Battu par Vettel

À la fin de la Q3, le sourire un peu forcé et la joie contenue de Toto Wolff après la pole de Lewis Hamilton trahissaient sa réelle pensée du moment. Car on imagine qu’il avait surtout les yeux rivés sur le deuxième chrono de Sebastian Vettel, témoignant d’un hiver rondement mené par Ferrari et d’une possible concurrence retrouvée cette saison. La belle performance de l’Allemand relègue Valtteri Bottas, le petit nouveau expérimenté, à la deuxième ligne, aux cotés de Kimi Räikkönen, son compatriote finlandais, l’autre pilote Ferrari. Le coéquipier de Lewis Hamilton était naturellement déçu de sa prestation, lui qui a échoué à trois petits dixièmes du meilleur chrono.

« Troisième, ce n’est pas idéal »

Valtteri Bottas n’avait pas le sourire après les qualifications. Passé tout proche de la première pole de sa carrière, il a pris connaissance du chemin qu’il restait à parcourir pour battre Lewis Hamilton et, plus grave encore, doit également gérer des Ferrari très en formes et revanchardes. « Troisième, ce n’est pas idéal - je ne peux pas dire que je suis satisfait du résultat. Je n’ai jamais pu faire un tour parfait, je ne suis donc pas content. » Corporate, Lewis Hamilton a été moins sévère avec son coéquipier, « Je pense que Valtteri a fait du bon boulot pour ses premières qualifications, et c’est bien pour nous. »

Il va tout miser sur le départ

Mais Valtteri Bottas sait qu’il pourra faire la différence dimanche, quand tout peut arriver. Surtout au départ, « Demain est le jour qui compte - apparemment nous étions plutôt forts lors des entraînements au départ, par chance, nous le serons encore demain. » Autrement dit, le Finlandais donne rendez-vous à l’extinction des feux, moment déterminant de la course, qui plus est avec des monoplaces bien plus difficiles à dompter que lors des précédentes saisons. L’an dernier, Lewis Hamilton avait parfois beaucoup perdu lors des premières secondes. Ce sera peut-être encore une faiblesse dimanche et dans les mois à venir. Réponse dans quelques heures.

Nico Rosberg : Le champion F1 2016 en 10 statistiques