F1 - GP d’Australie 2017 : la première pole, elle est pour Hamilton !

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton lors du GP d'Australie 2017
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-03-25T07:42:51.260Z, mis à jour 2017-03-25T09:17:18.524Z

Lewis Hamilton (Mercedes) partira depuis la première place, dimanche, à Melbourne. Mais Sebastian Vettel est parvenu à hisser sa Ferrari derrière lui, reléguant Valtteri Bottas en deuxième ligne.

Auteur du record absolu de la piste (1:22.188), Lewis Hamilton (Mercedes) s’est adjugé la première pole position de la saison 2017, la quatrième consécutive en Australie, la sixième de sa carrière à Melbourne. Mais il ne partira pas devant Valtteri Bottas, son coéquipier, puisque Sebastian Vettel (Ferrari) a signé le deuxième temps dans les derniers instants des qualifications.

Hamilton, poleman sans vraie domination

Depuis trois ans, les qualifications étaient rythmées par les duels entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg. Orphelin du champion du monde allemand, la Formule 1 est bien partie pour retrouver de sa superbe, en termes de suspense, en 2017. Car il n’y a pas eu de domination des Mercedes pour la première pole disputée à Melbourne. Certes, c’est bien Lewis Hamilton qui donnera le la, dimanche, à l’extinction des feux. Sauf que les Ferrari, notamment celle de Sebastian Vettel, sont très proches des Flèches d’Argent. Le prodige anglais a dû s’employer pour enlever le meilleur chrono et, pour la première course de la saison, il sera chassé par un Allemand visiblement très en forme au volant de sa Scuderia. La deuxième ligne sera 100 % Finlandaise : Valtteri Bottas (Mercedes) devant Kimi Räikkönen (Ferrari).

Ricciardo à la faute chez lui

Lourdes et larges, les monoplaces 2017 sont difficiles à piloter et réclament un travail physique plus important. Demandez à Daniel Ricciardo ce qu’il en pense… Devant son public, le pilote Red Bull a perdu l’arrière de sa voiture durant la Q3, obligeant la direction à interrompre la séance pendant quelques minutes. À ce fait de course s’est ajouté l’inconnu météorologique, certaines prévisions annonçant quelques gouttes de pluie qui ne sont jamais vraiment tombées. Finalement, l’Australien s’élancera depuis la dixième place derrière les deux Toro Rosso, là où Max Verstappen sera en embuscade derrière le quatuor de tête.

Grosjean, sixième temps

Du coté des Français, on soulignera le sixième chrono de Romain Grosjean (Haas). Il a certes profité de la bévue de Daniel Ricciardo mais il fallait quand même aller le chercher, d’autant que Kevin Magnussen a été éliminé dès la Q3. Les qualifications furent en revanche plus compliquées pour Esteban Ocon (Force India), quatorzième à une demi-seconde de Sergio Pérez, son coéquipier chez les roses. On notera, enfin, les miracles réalisés par Fernando Alonso. Malgré un bloc moteur Honda qui fait beaucoup parler, le double champion du monde a tiré son épingle du jeu en parvenant à hisser sa McLaren au 13e rang. « Je ne pouvais pas faire mieux » indiquait-il, souriant, à son ingénieur après sa performance. Bonne prestation, aussi, de Nico Hulkenberg, douzième avec sa Renault, quand on sait d’où l’écurie française partait...

Le garage de Lewis Hamilton