F1 - GP d’Australie 2017 : Sebastian Vettel lance sa saison par une victoire

Voir le site Automoto

17504463 1612984908731127 104535786841715230 o
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-03-26T06:53:03.234Z, mis à jour 2017-03-26T06:53:04.643Z

Comme Mercedes pouvait le craindre à la lecture des qualifications, Sebastian Vettel a battu Lewis Hamilton au terme d'une course stratégiquement mieux maîtrisée par Ferrari. La saison 2017 est lancée !

Dix ans après la dernière victoire de Ferrari en Australie, Sebastian Vettel a battu Lewis Hamilton (Mercedes) à la faveur d’une meilleure stratégie sur la piste. Valtteri Bottas ferme la troisième marche du podium. Kimi Räikkönen s’est contenté du strict minimum pour la quatrième place.

La colère de Toto Wolff

La sérénité ne se lisait pas sur le visage de Toto Wolff samedi, malgré la pole position obtenue par Lewis Hamilton. Car un diable rouge est venu se placer aux côtés du triple champion du monde sur la première ligne, habituée à être 100 % Mercedes ces dernières saisons. Des inquiétudes qu’il tentait vainement de cacher, au contraire de sa colère au moment où il a vu Sebastian Vettel passer le pilote anglais pour offrir une première victoire à Ferrari en 2017. Pour le GP d’ouverture donc et sachant qu’il n’y en avait eu aucune en 2016 pour la Scuderia. Il n’y a pas eu de passe d’armes en piste et c’est la stratégie qui a désigné le vainqueur ce dimanche, à l’avantage du quadruple champion du monde allemand et de sa voiture plus économe au niveau des gommes.

Hamilton trahi par la stratégie

Un peu nerveux et loin d’être impérial, Lewis Hamilton s’est beaucoup plaint, évoquant par exemple un manque d’adhérence avant l’extinction des feux. On s’attendait, alors, à voir le Lewis Hamilton fébrile au départ mais il s’est finalement parfaitement envolé, à l’image du reste du peloton. Moins bien parti, Sebastian Vettel n’a donc pas construit son succès dans les premières kilomètres de la course mais en faisant douter son adversaire au point de lui faire anticiper son seul arrêt au stand. Erreur fatale qui a vu ressortir Lewis Hamilton dans le trafic et, surtout, derrière un Max Verstappen (Red Bull) difficile à dépasser. Encore très rapide en pneus usés avant son pit stop, Vettel, opportuniste, n’avait plus qu’à cueillir le cadeau fait par Mercedes pour s’offrir une fin de course en cavalier seul. Comme à sa plus belle époque.

Mercedes fait grise mine

La 43e victoire de Sebastian Vettel en Formule 1 est également celle de Ferrari sur Mercedes au terme d’une course maîtrisée et pourtant sans aucun élément favorable. La Scuderia est redevenue la Scuderia en validant ses bonnes dispositions entrevues lors des essais hivernaux et il n’y avait pas meilleure manière de lancer une saison 2017 s’annonçant plus indécise que jamais. On attend maintenant la réaction des Flèches d’Argent après ce premier round remporté par le concurrent italien. Et, dans les coulisses, la course au développement sera sans doute déterminante pour les titres pilotes et constructeurs.

Grosjean déçu, Ocon heureux

Romain Grosjean a connu un véritable ascenseur émotionnel à Melbourne. Brillant sixième lors des qualifications, le Français de chez Haas vivait de beaux premiers tours avant d’être abandonné par la mécanique de sa Haas, signant le premier abandon de la saison 2017. À l’inverse, la fortune a été beaucoup plus heureuse pour Esteban Ocon, qui est parvenu à hisser sa Force India rose au dixième rang, synonyme de son premier point glané en carrière, en faisant plier Fernando Alonso (McLaren) et en résistant à Nico Hulkenberg (Renault). Kimi Räikkönen (Ferrari), Max Verstappen (Red Bull), Felipe Massa (Williams), Sergio Pérez (Force India), Carlos Sainz (Toro Rosso) et Daniil Kvyat (Toro Rosso) complètent, dans l’ordre, le top 10.

Ferrari LaFerrari Aperta 2017 : Présentation officielle avec Sebastian Vettel