Dans l'actualité récente

F1 - GP d'Europe 2016 : Hamilton a fauté, Rosberg doit en profiter

Voir le site Automoto

Nico Rosberg (Mercedes)
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-06-19T11:00:10.141Z, mis à jour 2016-06-19T11:00:10.141Z

Sur le nouveau circuit de Bakou, le pilote allemand de la Mercedes n°6 a l'occasion de reprendre le large au championnat après la grossière erreur de son coéquipier britannique, samedi lors des qualifications.

8e manche du championnat du monde de Formule 1 2016, le Grand Prix d'Europe, qui se déroule pour la première fois, sur le tracé de Bakou, en Azerbaïdjan. Une course qui n'est pas sans enjeux à l'heure où neuf points seulement séparent pour l'instant Nico Rosberg et Lewis Hamilton, les deux pilotes Mercedes, au classement du Mondial.


La réussite de nouveau dans le camp de Rosberg ?

Après ses victoires acquises non sans difficulté à Monaco puis à Montréal, Lewis Hamilton comptait réaliser la passe de trois sur le nouveau tracé de Bakou. Comme dirait l'autre, « il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué » mais c'est bien mal engagé pour le triple champion du monde britannique qui a raté ses qualifications et est parti à la faute au pire moment. La sanction a été immédiate : une 10e place sur la grille de départ qui le condamne à une énième remontée. Si l'excellent rythme de la Mercedes l'aidera dans cette tâche, il servira aussi à Nico Rosberg qui a entre les mains une formidable opportunité de reprendre de l'air au championnat sur son coéquipier et adversaire le plus dangereux. Sans oublier la chance d'écrire l'histoire en remportant la première victoire d'un pilote de F1 à Bakou. 


Red Bull et Ferrari, une illusion ?

Leur week-end européen n'inaugurait rien de très bon à l'issue des trois séances d'essais libres. Pourtant, Red Bull et Ferrari ont limité les dégâts, pour le moment. 3e des qualifications, puis finalement 2e (Sergio Perez ayant écopé de cinq places de pénalité sur la grille), Daniel Ricciardo a sorti un tour parfait dans les derniers instants de la Q3 afin de devancer les deux pilotes de la Scuderia. Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen, jamais dans le bon tempo, occupent donc la deuxième ligne de manière assez miraculeuse et l'Allemand tentera de réaliser le même départ qu'il y a une semaine sur le circuit Gilles-Villeneuve afin de contrarier les plans de Mercedes et, pourquoi pas, créer l'exploit.


Williams et Force India, outsiders - légèrement - décevants

C'est le gros paradoxe du week-end. Etincelants lors des séances d'essais libres, les pilotes Force India ne partiront que 7e et 12e. Sergio Perez ne peut s'en prendre qu'à lui-même. Le Mexicain est parti à la faute lors de l'ultime session de tests du samedi matin et a endommagé sa monoplace, à tel point que son équipe a été obligée de changer sa boîte de vitesses. Quant à Nico Hülkenberg, c'est une erreur évitable en début de Q2 puis un imbroglio avec son ingénieur lors de son dernier tour qui l'a privé de l'accès à la Q3. Les choses sont quasiment similaires pour Williams, pourtant dans le coup vendredi.


Felipe Massa et Valtteri Bottas partiront seulement 5e et 8e ce dimanche à 15h, heure français. Derrière la Red Bull de Ricciardo et les Ferrari, donc. Dommage pour une équipe qui mise beaucoup sur la puissance de son moteur Mercedes.