Dans l'actualité récente

F1 GP d’Italie 2016 : Hamilton assomme Rosberg pour sa 5ème pole à Monza

Voir le site Automoto

14212094 10153786529292411 3485867325698096456 n
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-09-03T12:23:57.876Z, mis à jour 2016-09-03T16:50:55.094Z

Lewis Hamilton n'a laissé aucune chance à Nico Rosberg. Auteur de la 5ème pole de sa carrière à Monza, l'Anglais est bien parti pour l'emporter.

Nico Rosberg n’a pas trouvé les quatre dixièmes qui lui manquaient après les essais 3 pour souffler la pole à Lewis Hamilton. A Monza, l’Anglais a signé la 5ème pole de sa carrière, devenant l'égal de Juan Manuel Fangio et Ayrton Senna.

5

Nico Rosberg avait l’occasion d’aligner une quatrième pole position consécutive mais il a vite compris que Lewis Hamilton est toujours aussi intouchable à Monza. Comme la saison dernière, le triple Champion du Monde a mis tout le monde d’accord, se payant même le luxe de reléguer son coéquipier à près d’une demie seconde. Favori pour la victoire dimanche, l’Anglais a porté à 5 son nombre de pole positon conquises à Monza. En plus de faire le plein de confiance, il a écœuré tout le monde, l’autre pilote Mercedes y compris.

Attention aux pneus tendres

Les Mercedes ont attendu la Q3 pour chausser des pneus super tendres, signifiant que Rosberg et Hamilton s’élanceront en tendres dimanche, les seuls du top 10. C’est là un bien maigre lot de consolation pour les autres écuries, complètement hors du coup depuis le début du week-end. Devant son public, Ferrari doit se contenter de la deuxième ligne, Sebastien Vettel devant Kimi Räikkönen. Dans l’optique du championnat constructeur, la Scuderia est sans doute ravie de voir la Williams de Bottas s’intercaler entre les Red Bull et le Finlandais. Sergio Pérez, Nico Hulkenberg et Esteban Guttiérrez complètent le classement de la Q3, à laquelle n’ont pas participé les McLaren, dont le déficit de puissance moteur est trop important à Monza.

Ocon privé de chrono, pénalité pour Grosjean

Esteban Ocon a souffert de malchance lors des qualifications. Le Français n’a même pas pu signer un seul chronomètre à cause d’un problème électrique, le même qui avait touché sa Manor la veille. Il peut nourrir quelques regrets car son coéquipier Pascal Wehrlein est parvenu à se hisser en Q2. Romain Grosjean, de son côté, n’a pas pu faire mieux que le douzième temps. Obligé de changer de boîte de vitesse après sa sortie de piste des essais 3, le pilote Haas a écopé d’une pénalité de cinq places sur la grille. Il s’élancera donc depuis la dix-septième position, juste derrière le Russe Daniil Kvyat, encore décevant avec sa Toro Rosso.

Le départ du GP d’Italie est prévu pour ce dimanche 4 septembre, à 14h.