F1 - GP de Corée 2013 : Alonso partagé entre détermination et réalisme

Voir le site Automoto

F1 - Corée 2013 - Fernando Alonso qualifications
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2013-10-05T15:31:00.000Z, mis à jour 2013-10-05T15:39:47.000Z

Fernando Alonso, le plus proche adversaire de Sebastian Vettel dans la course au titre, devra se contenter ce dimanche à Yeongam, de la 5e place sur la grille de départ. Malgré son tempérament et ses très bons débuts de course, l'Espagnol de la Scuderia Ferrari réalise qu'il devrait repartir de Corée avec un retard supérieur encore à 60 points.

Les Ferrari se sont montrées en retrait sur ce tracé depuis le début du week-end ; ce qui ne devrait pas faire les affaires de Fernando Alonso en vue du Championnat du Monde.

Fin de saison imminente

Fernando Alonso, actuel dauphin de Sebastian Vettel au Championnat du Monde, accusait 60 points de retard sur le leader après le Grand-Prix de Singapour. Une hémorragie que le pilote de la Scuderia Ferrari aimerait bien stopper pour maintenir ses chances de titre ; quatre manches restant encore à disputer après la Corée : en Inde, à Abu Dhabi, à Austin et au Brésil, soit 100 points à répartir.


La dure réalité des essais

Mais Fernando Alonso a dû de se rendre à l'évidence à l'issue des premiers essais : sa monoplace ne lui permettra pas de se battre pour la pole. Le vainqueur de l'édition 2010 du Grand-Prix de Corée signe le 6e temps des qualifications, le 5e suite à la pénalité de Mark Webber. Après cette séance, l'Espagnol avait d'ailleurs accusé Pirelli d'être, en partie seulement, responsable de ces mauvais résultats : « Si chaque pilote se donnait à 100% sur l'entièreté du tour, ces pneumatiques ne tiendraient même pas 5 km ! Cela n'aide pas quand on essaye d'être performant en qualifications. Ce n'est pas très agréable d'être obligé d'en garder sous la pédale pour pouvoir boucler le tour » ...Ce à quoi à répondu Paul Hembery chez Pirelli : « Je ne peux que lui conseiller d'aller demander au futur quadruple Champion du monde comment il s'y prend pour faire marcher les pneumatiques. » Ambiance électrique donc entre manufacturier et le pilote, qui a néanmoins tenu à préciser les pneus n'expliquaient pas tous leurs problèmes en qualifications.


Sa stratégie

Fernando Alonso aura cela-dit peut-être une carte à jouer au départ ; on sait en effet l'Espagnol particulièrement adroit dans cet exercice : cinq places de gagnées à Spa-Francorchamps au premier virage, quatre à Singapour. Mais la ligne de départ étant extrêmement courte, le pilote Ferrari compte plutôt gagner des places dans les premiers virages : « Je pense que le départ offre ici une distance trop courte avant le premier virage, nous porterons donc toutes nos attaques dans les virages 3 et 4 »

« On va voir ce que nous pourrons faire, même si nous savons que nous serons à la peine demain »,
a admis l'ex-Champion du Monde 2005-2006.