F1 – GP de Hongrie 2016 : Rosberg en pole après les qualifications les plus palpitantes de l’année !

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton devant Nico Rosberg (Mercedes)
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-07-23T14:16:40.842Z, mis à jour 2016-07-23T14:26:43.969Z

Au terme d'une séance incroyablement riche en rebondissements, Nico Rosberg (Mercedes) a chipé la pole position du Grand Prix de Hongrie à son coéquipier Lewis Hamilton, grâce notamment à Fernando Alonso...

Jamais, cette saison, une séance de qualifications n'avait été aussi haletante. Nico Rosberg (Mercedes) s'en est sorti avec une pole presque miraculeuse, devançant son coéquipier Lewis Hamilton


Pourtant, l'Allemand n'était peut-être pas le plus rapide en Q3. Dans le dernier tour lancé, son voisin de box britannique, en passe de pulvériser les records dans tous les secteurs, a dû stopper son effort à cause du tête-à-queue de Fernando Alonso survenu juste devant lui. 

Plus loin derrière, l'actuel leader du Mondial, lui, n'a pas été gêné. Il a même poursuivi sa chasse du chrono de référence, malgré l'agitation du drapeau jaune lié à la sortie de piste de la McLaren de l'Espagnol. En attendant la polémique et l'analyse de la commission, Rosberg s'est adjugé sa 5e pole de la saison.

4 drapeaux rouges en Q1 ! 

La séance n'avait de toute façon pas besoin de cela pour être totalement confuse. Pourquoi ? Parce que la Q1, très largement perturbée par la pluie, a duré près d'une heure, et a été entrecoupée de 4 (!) drapeaux rouges, suite, notamment, aux crashes de Marcus Ericsson (Sauber), Felipe Massa (Williams) et Rio Haryanto (Manor).


Tout aussi amusante mais plus stratégique, la Q2 a également apporté son lot de surprises. Kimi Räkkönen (Ferrari) plus rapide que son coéquipier Sebastian Vettel depuis le début des essais libres, a payé une sortie des stands trop tardive, ou trop hâtive. 

Hamilton a eu chaud

Malgré un bon dernier chrono, l'amélioration et l'assèchement express de la piste ont permis aux autres pilotes de faire mieux que le Finlandais après l'agitation du drapeau à damiers, et de l'éjecter du Top 10. Hamilton, dixième au terme de cette deuxième partie, a failli subir le même sort. 


En Q3, c'est Max Verstappen (Red Bull) qui a payé au prix fort une erreur stratégique. Le prodige néerlandais, tout proche du meilleur temps lors des libres 3, n'a pas pu effectuer un dernier run rapide, à cause d'un tour de lancement trop lent... de quelques dixièmes. 

En attendant la décision... 

Il s'élancera donc quatrième sur la grille, juste derrière son coéquipier Daniel Ricciardo. Carlos Sainz (Toro Rosso) 6e, Alonso 7e et Jenson Button (McLaren) 8e, ont parfaitement tiré leur épingle du jeu. 


Ils pourraient même gagner une position supplémentaire si la commission de course décide d'annuler le chrono du poleman.