F1 – GP de Hongrie 2016 : Vainqueur et leader du Championnat, Hamilton a fait coup double

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes) lors du Grand Prix de Hongrie 2016
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-07-24T13:49:32.689Z, mis à jour 2016-07-24T13:54:13.681Z

Lewis Hamilton (Mercedes) a remporté le Grand Prix de Hongrie, en devançant son coéquipier Nico Rosberg. Il précède désormais l’Allemand en tête du Championnat du monde.

Le Britannique Lewis Hamilton a décroché la 48eme victoire de sa carrière pour prendre les commandes du Mondial à son voisin de box Nico Rosberg.


Après la pole position controversée obtenue par son rival, le champion du monde en titre a fulminé. Mais il n’a pas tardé à rectifier le tir. Dès le premier virage, la rock star de Stevenage a pris les commandes de la course.

Le poleman, sur la défensive à l’extinction des feux, a même perdu la deuxième position le temps de quelques virages au profit de Daniel Ricciardo (Red Bull). Mais il a parfaitement profité de la supériorité de sa W07 pour repasser immédiatement l’Australien.

Mercedes a réprimandé son pilote

Jamais inquiété par son premier poursuivant, Hamilton a géré. Parfois trop, selon son écurie, qui, à la mi-course, lui a reproché de trop ralentir le rythme de course pour exposer son rival au retour de la Red Bull n°3, qui avait anticipé son arrêt pour mettre la pression sur les Flèches d’Argent.


Mais avec cet avertissement, l’Anglais a enchaîné les tours rapides, et permis à Rosberg d’assurer le doublé pour le constructeur allemand. Pour la troisième année de suite, Ricciardo a accroché le podium hongrois.

Räikkönen face à la bêtise de Verstappen

Pour se délecter du spectacle, il fallait plutôt s’attarder sur les places d’honneur. Kimi Räikkönen, 14e sur la grille, a profité d’un incroyable premier relais effectué en pneus "tendre" pour remonter le peloton jusqu’à la sixième position.

Le Finlandais a même eu la possibilité de disputer la cinquième place à Max Verstappen en fin de course. Mais Iceman a brisé une partie de son aileron avant sur l’arrière de la Red Bull du prodige néerlandais, coupable d’un double changement de trajectoire, pourtant interdit pour le règlement.


Hamilton, doigt d’honneur et poing levé

Ferrari a longtemps espéré le podium, mais Sebastian Vettel n’est pas parvenu à fondre sur Ricciardo, malgré des gommes plus fraîches. Auteur d’une course solide mais anonyme, Romain Grosjean (Haas) s’est classé 14e.

Deux positions derrière son coéquipier, Esteban Gutierrez, pourtant pénalisé pour avoir longtemps bloqué le leader de la course, et provoqué un mauvais geste d’humeur de la part d’Hamilton. On vous laisse deviner lequel. Et qu'importe. Après ce Grand Prix de Hongrie, le Britannique a toutes les raisons d’avoir le poing levé.