F1 - GP de Singapour 2016 : victoire à l’arrachée de Rosberg pour sa 200e course !

Voir le site Automoto

14354908 10153822340672411 7710485711576219636 n
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-09-18T14:27:43.621Z, mis à jour 2016-09-18T17:25:15.371Z

Nico Rosberg (Mercedes) s'est imposé pour moins de cinq dixièmes face à Daniel Ricciardo (Red Bull), à Singapour. Il reprend le leadership du classement à son coéquipier Lewis Hamilton, troisième à l'arrivée.

Il s’en est fallu de peu : un tour de plus et Nico Rosberg cédait sa première place à un Daniel Ricciardo revenu comme un boulet de canon avec un arrêt de plus et des pneus plus frais. A l’arrivée, le pilote Mercedes signe sa 22e victoire en carrière, la 8e cette saison et repart de Singapour dans la peau du leader.

Du rififi au départ

Tous les regards étaient tournés vers Nico Rosberg au départ. Allait-il louper son envol comme Lewis Hamilton il y a quinze jours à Monza ? Non. En revanche, derrière lui, le carambolage entre Nico Hulkenberg (Force India) et Carlo Sainz (Toro Rosso) a maintenu la tradition à Singapour : l’intervention de la Safety Car. Le poleman, sommé de faire attention à ses freins, a parfaitement géré ce fait de course et il a fallu attendre jusqu’au dernier relais pour le voir trembler. Contrairement à Hamilton, Räikkönen et Ricciardo, l’Allemand ne s’est arrêté que deux fois. On a cru que cela allait lui coûter une victoire qui lui tendait les bras mais les secondes reprises par l’Australien de chez Red Bull n’ont pas suffi. Ce dernier échouera pour moins de cinq dixièmes, signifiant qu’il lui a manqué un tour pour triompher au nez à et la barbe de Mercedes. Derrière, on a eu une belle bataille entre le Finlandais et l’Anglais. Le pilote Ferrari avait passé le triple champion du monde en piste mais l’undercut a payé pour son adversaire.

La remontada de Sebastian Vettel

Parti dernière à cause d’un problème mécanique sur sa Ferrari lors des qualifications, Sebastian Vettel a fortement limité les dégâts en terminant cinquième, juste derrière son coéquipier. Sa stratégie agressive, couplée à un Verstappen en délicatesse avec ses gommes, lui a offert ce joli top 5 sur une piste où dépasser est loin d’être une chose aisée. Signalons également la belle performance de Fernando Alonso, septième au volant de sa McLaren. Perdu depuis vendredi, Romain Grosjean n’a même pas pu disputer la course, un problème de dernière minute n’ayant pas pu être résolu à temps. Un week-end à oublier sur tous les plans.


Rosberg reprend la main

Nico Rosberg résiste à tout depuis la trêve et, surtout, il a répondu par la victoire à la petite pique envoyée par Lewis Hamilton, qui avait déclaré que seuls des champions du monde s’étaient imposés à Singapour. L’Allemand ne l’est pas encore mais il est en train de tout faire pour inscrire son nom au panthéon. Il vient surtout de remporter les trois dernières courses. Il en reste six et il a repris la main sur son coéquipier au classement général. Avec huit longueurs d’avance sur son dauphin, Rosberg a le momentum avec lui et les prochaines échéances s’annoncent toujours plus indécises jusqu’à un dénouement qu’on imagine à Abu Dhabi.