Dans l'actualité récente

F1 - GP des Etats Unis 2014: Rosberg peut-il revenir sur Hamilton ?

Voir le site Automoto

GP Espagne 2014 - Podium - Hamilton - Rosberg
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2014-11-01T11:23:00.000Z, mis à jour 2014-11-01T11:49:15.000Z

A trois courses de la fin de la saison, le Grand Prix des Etats-Unis à Austin est une étape importante dans la lutte que se livrent les deux pilotes Mercedes, Lewis Hamilton et Nico Rosberg. En dépit de 17 points de rebours, l'Allemand peut-il rattraper son retard sur son coéquipier allemand ? La dynamique n'est pas en sa faveur mais ses chances restent intactes.

Depuis le mois de mars, ils ne se quittent plus en haut de la hiérarchie des pilotes. Bénéficiant de la meilleure monoplace du paddock, les deux représentants Mercedes, Nico Rosberg et Lewis Hamilton sont au coude-à-coude pour le titre de champion du monde. Cette récompense serait une première pour l'Allemand, distancé actuellement de 17 points. A Austin, il se retrouve dans l'obligation de réduire cet écart. Peut-il relever ce défi ?

Difficile face à Hamilton
Quatre victoires d'affilée, neuf en tout sur la saison contre quatre seulement pour Rosberg, Lewis Hamilton est l'homme en forme de la Formule 1. Sa régularité sur les dernières courses le place naturellement dans le rôle de favori pour obtenir un deuxième titre de champion du monde après celui acquis en 2008 avec McLaren. Si Rosberg le devance au nombre de pole position (8 contre 7), en course Hamilton semble avoir pris l'avantage sur son coéquipier. Le Grand Prix d'Italie, à Monza, a symbolisé cette emprise lorsque l'Allemand bloqua ses pneus au premier virage, sous la pression de l'Anglais, et lui laissa la première place de la course.

Se souvenir de Sotchi
Un nouveau problème de blocage de roues a perturbé la course de Rosberg lors du Grand Prix de Russie il y a deux semaines. Obligé de rentrer aux stands dès la fin du premier tour, alors qu'il était deuxième, le fils de Keke offrit à ses supporters l'une des plus belles remontées de sa « jeune » carrière (29 ans). Une course remarquable qui le fit remonter à la deuxième place, encore derrière Hamilton mais qui démontra, à ceux qui pouvaient en douter, ses grandes qualités. A Austin, une circuit sur lequel il n'a jamais brillé (13e en 2012, 9e en 2013), Rosberg pourrait profiter de cette dynamique de course.

La fiabilité, juge de paix ?
Championne du monde des constructeurs à l'issue du Grand Prix de Sotchi, trois courses avant la fin, Mercedes nourrit quelques paradoxes. Cette saison l'écurie allemande était définitivement au dessus du lot sur le plan technologique et bénéficiait de bons pilotes. Pourtant, elle a connu également des pannes inhabituelles pour une équipe de son statut à l'image de Rosberg, bloqué sur la grille de départ à Singapour et incapable de démarrer sa monoplace. Hier, lors des deux premières séances d'essais libres, les deux pilotes ont rencontrés de problèmes hydrauliques (Hamilton) et de boîte de vitesse (Rosberg). Une raison de plus qui pourrait modifier l'ordre établi au classement général.

La séance de qualifications, programmée à partir de 19 heures, permettra de livrer les premiers éléments sur l'état des forces en présence chez Mercedes.