Dans l'actualité récente

F1 - GP Hongrie 2014 : sans la pluie, Hamilton ne peut rien espérer

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes) aux essais du GP de Grande-Bretagne de F1 à Silverstone le 4 juillet 2014
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2014-07-27T08:00:00.000Z, mis à jour 2014-07-27T09:54:30.000Z

Lewis Hamilton, Romain Grosjean et Jules Bianchi ont un point commun : ils veulent de la pluie sur l'Hungaroring pour espérer briller en course. D'après la météo, les nuages seront menaçants.

A cause d'une voiture très endommagée à la suite d'une fuite de carburant ayant provoqué un incendie lors des qualifications, Lewis Hamilton partira depuis la voie des stands. Sur un circuit où il est difficile de dépasser, sa mission remontée s'annonce plus que jamais impossible.

Le top 5 ? Un miracle
Après le feu, Hamilton avait besoin d'une bonne douche. Il en avait déjà pris une belle quand, la mine déconfite, il regarda sa W05 criblée de neige carbonique. Tête baissée, il ne masqua pas sa déception avant de filer droit vers la capitale hongroise, "Je peux à peine y croire. Je ne peux pas dire ce que je pense, juste essayer de sortir de cette mauvaise période." Lui qui s'est imposé à quatre reprises sur le Hungaroring sait mieux que quiconque que sa tâche dominicale s'annonce compromise. "Il est impossible de dépasser. Finir dans les cinq premiers serait un miracle..." Mercedes tentera une stratégie pour l'y aider mais c'est peut-être la pluie qui sera sa meilleure alliée dimanche.

Grosjean et Bianchi veulent des précipitations
Lewis Hamilton ne serait pas le seul pilote à se réjouir d'une piste humide, il y a aussi Romain Grosjean, qualifié 15ème après une séance hyper frustrante, "C'est décevant. Les mécanos ont bossé tard vendredi soir pour trouver la fuite et me préparer une voiture aux petits oignons. Mais en qualifications, le comportement de la Lotus s'est dégradé sans que l'on sache pourquoi. Tout ce que je peux espérer, c'est la pluie !" Même son de cloche chez Jules Bianchi, qui a profité d'une grosse erreur de Ferrari pour hisser sa modeste Marussia en Q2, "S'il se met à pleuvoir, on pourra peut-être tenter quelque chose."

Que dit la météo ?
Comme à Hockenheim sept jours plus tôt, la pluie menace le GP de Hongrie, mais d'une manière beaucoup plus sérieuse. Durant les qualifications, la Q3 a débuté par une averse ayant bien failli priver Nico Rosberg de la pole position. D'après les prévisions météorologiques, il fera 27 degrés dans l'air en début d'après-midi, avec un risque de précipitations s'intensifiant en soirée. C'est un paramètre que les écuries devront gérer, en sachant qu'un peu de pluie ne fera pas de mal pour le spectacle. Abattu par le feu la veille, Hamilton trouvera-t-il la rédemption avec l'eau ?