F1 – GP du Japon 2016 : Hamilton, snapchat et journalistes… une histoire de respect

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes) en conférence de presse
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-10-08T16:03:37.750Z, mis à jour 2016-10-08T16:03:43.970Z

A l’heure où il devrait se pencher sérieusement sur le retard de 23 points qu’il accuse sur Nico Rosberg au Championnat, Lewis Hamilton a décidé de partir en guerre contre les journalistes. Le tout à cause d’une histoire de respect liée à… snapchat.

Accusé "d’avoir montré un manque flagrant de respect" par la presse britannique, la rock star du paddock a décidé de bouder la conférence de presse successive à la qualification. En se justifiant.


Ces derniers temps, Lewis Hamilton aime être à l’origine des conflits. Déjà très flou à Sepang, où il avait sous-entendu, dans des propos maladroits, que son écurie avait planifié sa casse moteur –avant de se raviser en invoquant une "puissance divine"-, le double champion du monde a cette fois visé les journalistes.

Des lapins sur snapchat 

Le conflit est né lors de la conférence de presse qui a précédé le Grand Prix du Japon. L’Anglais, ennuyé par cette routine et les questions redondantes des personnes présentes dans la salle, a préféré s’amuser sur la célèbre application snapchat. Le pilote Mercedes s’est filmé, ainsi que Carlos Sainz (Toro Rosso) en utilisant les fameux filtres qui permettent de transformer les visages en animal. Alors même que d’autres pilotes, comme Kimi Räikkönen, répondaient aux interrogations.


Problème, son attitude n’a pas du tout plu à certains reporters britanniques, inquiets de voir leur star locale éloignée du titre de champion du monde. Certains médias, comme The Sun, ont fustigé le comportement de King Lewis, évoquant un manque flagrant de respect pour toutes les personnes présentes dans la salle.

Respect, respect, respect... 

Du coup, Hamilton a trouvé un moyen simple de répliquer : il n’a pas pris part à la conférence de presse post-qualification qui réunit les trois premiers. "A vrai dire, je ne suis pas ici pour répondre à vos questions. Je vous dis ça avec le plus grand respect : il y a beaucoup d’entre vous ici qui m’apportent énormément de soutien. Mais il y en a d’autres, malheureusement, qui profitent souvent de certaines choses. Ce qui s’est passé l’autre jour en est un excellent exemple, et si vous avez ressenti que je vous avais manqué de respect, ce n’était sincèrement pas mon intention. Mais ce qui a été écrit ensuite était un manque de respect encore plus flagrant."

En quelques phrases, l’ancien pilote McLaren a utilisé le terme « respect » à trois reprises. Et si, au final, vous avez réussi à cerner quelle partie a manqué de respect à l’autre, Automoto vous dit : respect.