F1 - GP du Japon 2016 : Nico Rosberg dans un cercle très fermé

Voir le site Automoto

CuUEiQGW8AEuIV0 large jpg
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-10-09T11:05:49.762Z, mis à jour 2016-10-09T11:05:51.110Z

Nico Rosberg fait partie des rares pilotes ayant remporté les GP de Monaco, Monza, Spa, Silverstone et Suzuka. Ce qu'il devra confirmer par un titre de champion du monde dans quelques semaines.

Avec sa victoire à Suzuka, Nico Rosberg est, l’air de rien, entré dans un cercle très fermé : celui des pilotes ayant remporté les cinq courses les plus prestigieuses de la discipline (Monaco, Monza, Silverstone, Spa et Suzuka). Ils ne sont que cinq à pouvoir s’en targuer. 


La performance 

« Le week-end entier a été incroyable. C’est une belle victoire sur ce circuit légendaire » : Nico Rosberg ne pouvait pas mieux résumer ce Suzuka 2016. S’il a connu une petite alerte lors des qualifications (quelques millièmes d’avance sur Lewis Hamilton), il a survolé le GP, des essais au drapeau à damier, en passant par l’exercice difficile du départ. Les Red Bull ont été agressives sur les arrêts au stand ? Mercedes y a répondu stratégiquement et lui en gérant son rythme. 


L’obsession

On imagine qu’un succès à Suzuka était une sorte d’obsession pour Nico Rosberg, surtout qu’il a signé les trois dernières pole, pour deux échecs le dimanche essuyés en 2014 puis 2015. Sa performance du jour lui permet, en prime, d’accrocher le dernier GP prestigieux qu’il manquait à son palmarès, après Monaco (2013, 2014, 2015), Silverstone (2013), Spa (2016) et Monza (2016). Dans l’histoire, seuls Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, Michael Schumacher et Ayrton Senna ont gagné l'ensemble de ces courses. Tous des champions du monde…


La confiance

Neuf victoires et 33 points d’avance à quatre courses du terme : Nico Rosberg est sur la bonne voie pour être sacré. Il est en pleine confiance depuis la fin de la trêve (quatre succès en cinq GP). Pourtant, il ne souhaite pas s’enflammer outre-mesure lui qui a terminé deux fois vice-champion par le passé. Le momentum est avec lui, mais il conserve la même ligne directrice, celle de prendre course après course, « Il reste encore un long chemin à parcourir. Mon coéquipier est toujours là et il va se battre. Ce sera une belle bataille, ce sera très excitant. Maintenant je vais à Austin et je vais essayer de gagner. »