F1 GP du Japon : Gagnants et perdants de Suzuka

Voir le site Automoto

F1 Japon 2011
Par Cyril LACARRIERE|Ecrit pour TF1|2011-10-09T12:04:00.000Z, mis à jour 2011-10-09T12:04:00.000Z

Le Grand Prix de Suzuka, c'est avant tout le deuxième titre de champion du monde de Sebastian Vettel. Mais c'est aussi Schumacher en tête de la course et Webber en difficultés.

Michael Schumacher a été en tête du Grand Prix du Japon durant quelques tours, son équipier Nico Rosberg a fait une brillante remontée et Mark Webber est resté très loin de Sebastian Vettel.


Après une séance de qualifications ratées (Rosberg coincé aux stands, Schumacher empêtré dans le traffic), la course risquait d'être compliquée pour l'écurie allemande. Le talent a fait la différence. Pour la première fois depuis 2006, Michael Schumacher a été en tête d'un Grand Prix de Formule 1. Spécialiste du tracé où il s'est imposé à six reprises, le septuple champion du monde a été en tête de la course durant trois tours, avant de s'incliner et de terminer au sixième rang. Quant à son équipier, parti 23e, il a attaqué d'arrache pied dès les feux passés au vert. Nico Rosberg a terminé à la dixième place, synonyme d'un point au classement des pilotes. Deux belles performances pour les pilotes allemands.


L'Australien a vécu un très mauvais week-end à Suzuka. Parti loin sur la grille (6e), l'équipier de Vettel est resté en retrait durant tout le Grand Prix. Pas d'attaque majeure, jamais dans le rythme des meilleurs, ni en mesure de dépasser, Webber s'est malgré tout hissé à la 4e place à la faveur des ravitaillements. "Je n'étais pas en mesure de doubler aujourd'hui alors nous avons du gérer les arrêts aux stands de manière stratégique pour gagner deux places, je n'aurais pas pu faire mieux." La différence entre Webber et Vettel est de plus en plus flagrante.


Autre pilote en manque d'inspiration, Lewis Hamilton. L'Anglais a bien profité de la manoeuvre de Vettel au départ pour s'emparer de la 2e place, mais c'est à peu près tout ce qu'il faut retenir de sa course. Critiqué par les autres coureurs pour sa trop grande agressivité, Hamilton a peut-être voulu se montrer plus docile. Résultat, un Grand Prix fade et une 4e place au classement très loin derrière son équipier Button (+24 secondes)