Dans l'actualité récente

F1 - GP Monaco 2015 : Hamilton et Ferrari revanchards, Rosberg "à domicile"

Voir le site Automoto

Nico Rosberg et Lewis Hamilton en Australie
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-05-21T07:30:00.000Z, mis à jour 2015-05-21T17:29:52.000Z

Grand Prix le plus prestigieux de la saison, Monaco promet d'offrir aux passionnés de Formule 1 un spectacle remarquable, d'autant que les enjeux sont multiples cette année, avec en point de mire la lutte pour le titre entre les Mercedes de Lewis Hamilton et Nico Rosberg.

Sixième manche du championnat du monde 2015 de Formule 1, le Grand Prix de Monaco est aussi la course la plus prestigieuse de l'année. Les plus grands champions y ont brillé, d'Alain Prost à Michael Schumacher en passant par Ayrton Senna qui détient le record du nombre de victoires dans les rues de la Principauté (six). De quoi laisser présager un week-end formidable pour l'élite des sports mécaniques où les enjeux sont multiples à tous les niveaux de la hiérarchie.

Hamilton a une revanche à prendre
Prolongé chez Mercedes jusqu'à la fin de la saison 2018, le double champion du monde britannique aura a cœur de fêter son nouveau contrat - et salaire - comme il se doit en sabrant le champagne, dimanche, sur le podium. D'autant que le pilote de la voiture n°44 a une double revanche à prendre sur son coéquipier Nico Rosberg. D'abord, Hamilton doit retrouver le goût de la victoire après avoir été dominé à tous les niveaux par son partenaire de garage lors du Grand Prix d'Espagne, il y a deux semaines.

Mais surtout, l'Anglais n'a pas oublié la polémique de l'année dernière où, selon lui, son rival a tiré volontairement tout droit à Mirabeau pour provoquer un drapeau jaune en toute fin de séance et l'empêcher d'améliorer son temps pour l'obtention de la pole position. Qu'à cela ne tienne : Hamilton aura cette fois-ci le choix de s'élancer en premier lors de la Q3 grâce à un tirage au sort réalisé en début de saison entre les deux pilotes Mercedes. Ce dernier a été remporté par Rosberg qui a bénéficié de cet avantage à Melbourne, à Shanghai et à Barcelone. Une alternance qui sera de mise jusqu'à la fin de la saison.

CONFIRMED: 3 more years for @LewisHamilton! “@MercedesBenz is my home” #3MoreYears pic.twitter.com/PAmAWudo2v

— MERCEDES AMG F1 (@MercedesAMGF1) 20 Mai 2015

Rosberg, la passe de trois ?
Deux pole positions et deux victoires lors des deux derniers Grand Prix de Monaco. Avec de telles statistiques dans son baquet, il ne fait aucun doute que Nico Rosberg sera l'homme à battre lors de ce week-end dans la Principauté. D'autant que cette course est particulière pour l'Allemand, qui a grandi sur le Rocher et compte bien réaliser la passe de trois pour se rapprocher de son coéquipier mais néanmoins rival pour le titre.

Victorieux à Barcelone il y a deux semaines, le pilote de la Mercedes n°6 compte 20 points de retard sur Hamilton, incontestable leader du championnat du monde. Pire, s'il ne part pas devant, le natif de Wiesbaden (Allemagne) semble incapable de battre le Britannique à la régulière.

On le sait, la pole position est cruciale à Monaco. Elle l'est donc encore plus pour Rosberg.


it was a pleasure to spend some time with Prince Albert in the garden of the palace today #MonacoGP #cantwait pic.twitter.com/Hh82hyNV7Q

— Nico Rosberg (@nico_rosberg) 19 Mai 2015

Ferrari outsider pour la victoire ?
Bonne surprise de ce début de saison après une saison 2014 lamentable, la Scuderia a confirmé son statut de deuxième écurie du plateau lors du dernier Grand Prix de Barcelone. Problème : Sebastian Vettel, troisième, et Kimi Räikkönen, cinquième, ont respectivement terminé à 45 secondes et une minute du vainqueur. Preuve que les Rouges de Maranello sont encore loin de pouvoir rivaliser à la régulière avec le patron Mercedes, et ce malgré les évolutions techniques apportées sur la monoplace.

Pour autant, Ferrari ne souhaite pas s'alarmer, persuadée que les effets bénéfiques des nouvelles pièces se verront d'ici les prochaines courses, à commencer par Monaco. Espérons cependant qu'il ne s'agit pas d'un énième trop-plein d'optimisme, la Scuderia étant passé maître en la matière depuis plusieurs années.

BUT we are up for FP1! Aren't you?/MA siamo pronti per FP1! Lo siete anche voi? #MonacoGP #redseason pic.twitter.com/GutIau8Cfe

— Scuderia Ferrari (@ScuderiaFerrari) 21 Mai 2015

Grosjean va devoir cravacher
Heureux papa d'un deuxième bambin prénommé Simon qui est arrivé en ce milieu de mois de mai 2015, plus serein, le Français n'aborde pourtant pas Monaco sous les meilleures auspices. La raison ? Une pénalité de cinq places sur la grille de départ à cause d'un changement de boîte de vitesses, cette dernière ayant perdu son quatrième rapport lors de la précédente course en Espagne.

Grosjean va donc devoir s'armer de patience pour marquer éventuellement quelques poins, la Lotus-Mercedes étant l'une des bonnes surprises de ce début de saison. En même temps, il était difficile de faire pire qu'en 2014 avec une monoplace qui ressemblait à tout sauf à une Formule 1.

La Grosjean family est fière et heureuse de vs annoncer la naissance de Simon, petit frère de Sacha. @marionjolles et Simon se portent bien

— Romain Grosjean (@RGrosjean) 18 Mai 2015

Enfin les premiers points pour McLaren-Honda ?
Une voiture "effrayante". Voilà comment Jenson Button a qualifié sa monoplace à l'arrivée du Grand Prix d'Espagne, il y a presque 15 jours. Il faut dire que depuis le début de l'année, le team de Woking nous ressert la même soupe à chaque week-end de course : les progrès sont là mais il faut encore du temps pour s'installer en haut de la hiérarchie aux côtés de Mercedes et consorts.

Si la monoplace que trainent péniblement Button et son coéquipier Fernando Alonso est meilleure que lors de l'ouverture de la saison à Melbourne, Barcelone, véritablement juge de paix pour jauger les performances d'une voiture, a rappelé que McLaren-Honda était encore loin de pouvoir jouer les premiers rôles, voire même de marquer des points. Et cela risque de rester en l'état pour cette année 2015. A moins que Monaco ne fasse parler sa légende, à savoir des voitures de sécurité à tout-va qui permettent aux petites écuries de réaliser des exploits.

Bonjour Mónaco! #Letta pic.twitter.com/UQR8A7WQpr

— Fernando Alonso (@alo_oficial) 19 Mai 2015