Dans l'actualité récente

F1 - GP Monaco 2016 : Cette fois, Ricciardo n’a pas eu le sourire…

Voir le site Automoto

Daniel Ricciardo (Red Bull)
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-05-29T15:53:11.120Z, mis à jour 2016-05-29T15:53:16.500Z

Habituellement très souriant, Daniel Ricciardo n’a trouvé aucun motif de satisfaction dans la deuxième position obtenue ce dimanche, lors du Grand Prix de Monaco.

On avait pris l’habitude de voir le pilote australien avec un grand sourire sur chacun de ses podiums. 


Mais cette fois, lors du Grand Prix de Monaco, ce n’était pas le cas. Parti en pole, Daniel Ricciardo a même réussi à prendre une avance confortable sur Nico Rosberg en début de course. Mais l’officiel Red Bull a probablement fait une croix sur la victoire lors de son deuxième passage aux stands, lorsque ses techniciens ont omis de préparer ses pneumatiques… 

"Ils auraient dû être prêts"

Visiblement agacé, celui que l’on surnomme "Banana Dan" pour son attitude habituellement joyeuse n’a pas masqué sa frustration lors de la traditionnelle interview du podium. "Je ne veux pas faire de commentaires sur cette course", a-t-il d’abord confié au micro officiel, avant d’ajouter : "Je n’ai aucune idée concernant ce qu’il s’est passé aux stands. Je n’ai même pas demandé à rentrer. Alors ils auraient dû être prêts. Ça fait mal, je n’ai rien d’autre à dire"… 


Très à l’aise en Principauté depuis le début du week-end, le pilote de 26 ans avait largement les moyens de décrocher sa quatrième victoire en carrière. "Notre rythme était très bon, même sous la pluie", a-t-il confirmé. "La deuxième place n’est pas une belle récompense". 

"Vraiment désolé "

Ricciardo en veut à son équipe, lui qui avait déjà laissé filer la victoire il y a quinze jours, en Espagne, à cause d’une mauvaise stratégie. "C’est le deuxième week-end consécutif où je me fais avoir", a-t-il lâché. 


"C’était une erreur humaine. Nous allons étudier la situation pour comprendre ce qui s’est passé. Je suis vraiment désolé et je ne peux que lui présenter mes excuses", a ajouté Helmut Marko, dirigeant de l’écurie. Impossible de dire si elles seront suffisantes pour retenir l’Australien, qui pourrait remplacer Kimi Räikkönen chez Ferrari dans les années à venir.