Dans l'actualité récente

F1 - GP Monaco 2016 : La plaque d'égout qui va relancer le débat sur les cockpits fermés

Voir le site Automoto

Protection Tête Halo F1 2017
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-05-27T08:45:57.778Z, mis à jour 2016-05-27T08:45:57.778Z

Jeudi, la plaque d'égout qui a causé des dégâts sur les monoplaces de Nico Rosberg et Jenson Button a constitué un nouvel argument pour les pilotes favorables aux cockpits fermés.

Le débat lié à la fermeture des cockpits est un sujet récurrent lors des réunions hebdomadaires entre les décisionnaires de la Formule 1. 


L’événement qui a écourté la première séance d'essais libres du Grand Prix de Monaco, jeudi, risque encore de l'amplifier. A 3 minutes de la fin de ces tests, Nico Rosberg a provoqué le soulèvement d'une plaque d'égout à la sortie du virage Sainte-Dévote. L'Allemand s'en est sorti avec une simple crevaison. Jenson Button, lui, a été moins chanceux, puisqu'en percutant l'élément, il a aussi endommagé l'aileron avant, la suspension,  et le fond plat de sa McLaren Honda. Mais l'incident aurait pu être dramatique si ce morceau avait atteint le casque du Britannique.


Un nouvel argument de poids... 

 Cet incident a encore alimenté la thèse des pilotes souhaitant la fermeture des cockpits, Jenson Button en tête. "Normalement, cet endroit est sécurisé. Mais nous avons eu cette plaque qui a bougé, ce qui n'aurait pas dû arriver. Ils [Les décisionnaires, NDLR] doivent se réunir et discuter, nous courons suffisamment de dangers. Une plaque d'égout qui s'envole avec une voiture ouverte, c'est extrêmement dangereux. Nous avons été chanceux que cela ait seulement endommagé la voiture", a confié le champion du monde à Motorsport.com. 


Fernando Alonso, son coéquipier, a encore affirmé sa position. "C'est une raison de plus pour revenir à l'idée de la protection. Il faut s'assurer qu'entre nous tous, au sein de la discipline en général, nous minimisons les risques", a lâché l'Espagnol.

... pour les introduire dès 2017

Lors des tests de pré-saison, sur le circuit de Barcelone, Ferrari avait testé un assemblage de protection, nommé "halo". Quelques semaines plus tard, en marge du Grand Prix de Russie, Red Bull avait présenté sa protection, "l'aeroscreen", dans le but de convaincre la FIA de la rendre obligatoire pour le nouveau règlement 2017. Les dirigeants de la discipline et les patrons d'écurie doivent se réunir ce vendredi en Principauté, afin de prendre une décision. Et Nul doute que la plaque de fonte risque de peser lourd dans la balance.