Dans l'actualité récente

F1 Grand Prix de Corée : Les déçus de Corée du Sud

Voir le site Automoto

F1 Japon 2011
Par Cyril LACARRIERE|Ecrit pour TF1|2011-10-16T15:54:00.000Z, mis à jour 2011-10-16T15:54:00.000Z

Le Grand Prix de Corée du Sud n'a pas fait que des heureux. Derrière la joie de Vettel et de Red Bull, il y a quelques frustrations, notamment celle de Webber et de Schumacher.

Michael Schumacher et Mark Webber font partie de ceux pour qui la course sur le circuit de Yeongam gardera un goût d'inachevé.

Bien lancé dès l'extinction des feux, le septuple champion du monde de F1 a espéré pouvoir se mêler à la lutte pour les gros points. Mais au 14e tour, la Mercedes-Benz de l'Allemand s'est faite percutée par la Renault de Vitaly Petrov. Le pilote russe qui tentait de résisté à Alonso a mal géré son freinage et n'a pas pu faire autrement que de harponner Schumacher dans le virage numéro 10 : «J'étais sur le côté sale de la piste pour freiner et je n'ai pas pu éviter Michael. C'est totalement de ma faute, mais c'est la course.» Un fait de course qui n'a pas trop énervé l'Allemand, conscient que ce genre d'incident peut arriver à tout moment dans un Grand Prix.


Si l'Australien a offert un des duels les plus intéressants du Grand Prix, il a terminé très déçu de devoir se contenter de la troisième marche du podium. Pour le pilote Red Bull, l'erreur est surtout dû à une mauvaise stratégie lors des passages aux stands : «Je suis personnellement déçu de ne pas avoir terminé la deuxième place. Au deuxième arrêt, c'est la pire chose qui s'est déroulée, on ne s'est pas arrêtés au tour d'avant l'arrêt de Lewis, ni au tour d'après, on s'est arrêté au même tour. C'est ça qui nous a coûté cher.» Une déception compréhensible, tant l'Australien a semblé plus rapide qu'Hamilton tout au long du Grand Prix.


Le pilote Renault ne gardera pas un grand souvenir de son passage en Corée du Sud. Quinzième en qualifications et treizième à l'arrivée, le Brésilien a livré une prestation transparente durant les trois jours de Grand Prix. Si la Renault ne peut évidemment pas rivaliser avec les meilleures, ce week-end, la responsabilité de son pilote est clairement engagée dans cette pauvre place au classement final. Un constat que ne nie pas Senna : «Cette course a été loin d'être ma meilleure. J'ai pris un mauvais départ et dès lors, cela a été une bataille incessante pour remonter, regrette le Brésilien. Avoir été bloqué derrière plusieurs adversaires a réduit mes chances de marquer des points.»