F1 – Grand Prix de Malaisie 2016 : Hamilton, adieu le titre ?

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes) à Sepang
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-10-02T18:40:25.059Z, mis à jour 2016-10-02T18:40:30.041Z

La détresse aperçue (et surtout entendue) chez Lewis Hamilton traduit certainement l’inquiétude du Britannique concernant son objectif : la conquête d’un nouveau titre mondial. Avec 23 points de retard sur son coéquipier Nico Rosberg, peut-il encore y croire ?

Ce dimanche 2 octobre 2016 a marqué un vrai temps fort pour la saison 2016 du Mondial. Car un abandon d’un des deux concurrents pour la couronne, à cette période de l’année, comme pour Lewis Hamilton à Sepang, a de grandes chances d’avoir une incidence irrévocable sur la course au titre.


La casse moteur survenue sur la monoplace du Britannique -à seulement une quinzaine de tours du drapeau à damiers, et alors qu’il dominait largement la manche malaisienne-  a donné une autre dimension à la tâche devant le mener vers un quatrième titre mondial, un troisième consécutif. Parce qu’elle a porté sa marge de retard sur son coéquipier et rival, Nico Rosberg, à 23 points. Et qu’il ne reste que 5 manches.

Il a déjà comblé un plus gros retard, mais...

Et même si le prodige de Stevenage a déjà prouvé qu’il était capable de combler des écarts importants, en ayant pris la tête de Championnat après le Grand Prix de Hongrie, alors qu’il avait concédé jusqu’à 43 unités à l’Allemand six manches plus tôt, la situation semble cette fois beaucoup plus complexe.


D’abord parce que la conjoncture n’est plus la même. Désormais, Hamilton n’a plus le droit à l’erreur… et sa W07 non plus. Tous les quotas de pièces moteur ont été épuisés, et une nouvelle défaillance technique serait sans aucun doute fatale. Pour éviter une telle situation, Mercedes va inspecter les deux derniers blocs restants, obtenus à Spa après avoir cumulé un nombre record de places de pénalité. L’un d’entre eux est neuf, l’autre a déjà encaissé trois courses. Son niveau de performances a donc déjà été considérablement abaissé.

Condamné à l’exploit ?

Et pour retourner la situation, l’Anglais n’a vraiment pas besoin de cela… Reste à savoir quelle stratégie il adoptera pour tirer le meilleur profit de ces derniers éléments. Sur le critère piste, le n°44 a encore son destin en mains. Un bilan parfait de 5 victoires lui assurerait le sacre. Mais cela implique le respect de certains critères que l’ancien pilote McLaren n’a jamais réussi à tenir durablement cette saison : être imbattable en qualification (il mène seulement 8 à 7 face à son coéquipier sur cet exercice), et surtout irréprochable lors des procédures de départs.  

Mais heureusement (ou malheureusement pour lui, jusqu’à présent), les paramètres purement sportifs ne décident pas d’un titre. Et même si c’est surtout une manière de se rassurer, Hamilton doit certainement se souvenir que son voisin de box n’est pas, non plus, à l’abri d’un coup du sort.