F1 : Le Grand Prix des Etats-Unis va-t-il disparaître ?

Voir le site Automoto

circuitofamerica
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2015-11-12T18:21:06.812Z, mis à jour 2015-11-12T18:21:08.877Z

Le Grand Prix des Etats-Unis risque de fermer ses portes. Entre les baisses de recette et la réduction des subventions, l’avenir du circuit d’Austin semble menacé.

Les fans de F1 outre-Atlantique vont-ils devoir se rabattre sur le GP du Mexique ?

Grand Format : Le duel ultime, la F1 face à la F1 des airs


« Nous sommes foutus »

Le Grand Prix des Etats-Unis, qui se déroule à Austin, Texas, va perdre une partie des aides prodiguées par les autorités locales. Selon The American-Statesman, « l'Etat du Texas a contribué environ 23 millions d’euros en 2012, 2013 et 2014. Cette année, le montant sera plus proche de 18 millions d’euros ».

Le montant de la subvention à la COTA, la société gérant le circuit d'Austin et qui organise le Grand Prix, va être baissé de plus de 20%. Bernie Ecclestone, chef de la direction du sport, a déclaré à l'American-Statesman que la réduction pourrait signifier l'annulation de la course d’Austin. « Si elle est modifiée, il va être difficile de continuer la course dans Austin », avant de conclure : « Pour utiliser un terme technique, nous sommes foutus ».

En 2015, le Grand Prix a déjà essuyé une chute de ces recettes, par rapport à l’année précédente, dû à des conditions météorologiques peu clémentes.  


Une édition 2015 dans l’œil du cyclone

Le Grand Prix des États-Unis, s’est vu perturbé par des orages et des risques d'inondation. Les organisateurs ont annulé une séance d'essais libres et reporté les qualifications, sans oublier que certains spectateurs n’ont pas réussi à accéder au circuit, suite aux soucis de météo.

Les essais se sont déroulés devant des tribunes quasi-vides et la course, qui a permis au pilote Mercedes Lewis Hamilton de remporter un troisième titre mondial, a connu sa plus faible fréquentation sur les quatre dernières années. « Nous avons perdu des millions et certains spectateurs qui sont venus ont passé un si mauvais week-end qu'il sera difficile de les faire revenir », raconte Bobby Epstein, le gestionnaire commercial de la F1. 

La concurrence s’annonce très rude. Pour ne rien arranger, le GP du Mexique, organisé le week-end suivant, affichait un énorme succès populaire après 23 ans d'absence dans le pays.