F1 : Grosjean "cinglé du premier tour" pour Webber

Voir le site Automoto

Romain Grosjean GP du Japon 2012
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-10-08T09:22:00.000Z, mis à jour 2012-10-08T16:24:57.000Z

Heurtant Webber (Red Bull) au départ du GP du Japon, Grosjean (Lotus) s'est attiré les foudres du pilote Australien, mais aussi celles de Rosberg (Mercedes), indirectement touché, et d'autres acteurs de la Formule 1.

"Erreur stupide" pour Grosjean, "Cinglé du premier tour" selon Webber, l'accident du GP du Japon remet sérieusement le Franco-Suisse en question.

Les faits
8h du matin heure française, départ du Grand Prix du Japon sur le circuit de Suzuka. Romain Grosjean est quatrième sur la grille et peut rêver à un podium sur ce circuit très technique. Mais au premier tournant "en cuillère", le français rentre dans Mark Webber, ruinant tout ses espoirs de victoires ou de podium, Rosberg étant également touché indirectement dans l'histoire après avoir ralenti et été touché par Senna. Conséquences, l'Allemand abandonne, mais les deux autres repartent en queue de peloton. L'Australien terminera 9ème, et Grosjean, qui a écopé ensuite d'une pénalité de 10 secondes en course avec passage aux stands, abandonnera dans l'avant-dernier tour alors qu'il était 15ème.


Webber sévère
En premier lieu, Webber déclare qu'il n'a "pas vu ce qu'il s'est passé au départ, mais que cela a été confirmé que Grosjean m'avait heurté". Cela aurait pu se terminer sur cette phrase, sauf que le pilote Red Bull est allé après course dans le stand Lotus pour s'expliquer avec Grosjean. Des noms d'oiseaux auraient fusés selon des témoins,et des murs auraient tremblé devant la colère de l'Australien, seulement "mécontent" selon Romain. Webber a, dans d'autres propos, été sévère à l'encontre du Franco-Suisse, le considérant comme le "cinglé du premier tour", que cela "était totalement de sa faute" et qu'il "avait sans doute besoin de vacances supplémentaires", allusion à peine cachée de son exclusion à Monza. Rosberg accusera lui aussi Grosjean ayant "emmené dehors pas mal d'entre nous". Autre remarque, "nous savons à quoi nous en tenir avec lui" selon Martin Whitmarsh, patron de McLaren, "la semaine prochaine, il pourrait encore envoyer quelqu'un dans le décor, sait-on jamais". La phrase la plus violente vient de Johnny Herbert, ex-pilote de F1 et commissaire : "il n'apporte rien à son équipe".


Nouveau mea culpa de Grosjean
"Sept incidents cette saison, c'est plus qu'assez" selon Christian Horner, directeur de l'écurie Red Bull. Cela fait sept fois que Romain Grosjean abandonne dans les premiers mètres d'un Grand Prix cette saison, soit la moitié des courses disputées. Après avoir été jugé coupable de l'accident de Spa et exclu du GP d'Italie, le Français a de nouveau réitéré. Sur le site officiel, il s'explique : "Les courbes 1 et 2 sont des virages très rapides et j'avais focalisé sur Sergio [Pérez] sur ma gauche pour m'assurer de ne pas le toucher. J'ai tenu ma trajectoire et l'ai gardé, mais il y eut une grande différence de vitesse entre moi et Mark [Webber] en entrant dans le virage 2 et cela m'a pris par surprise et nous nous sommes percutés. C'était une erreur stupide." Le Français déclare être "désolé pour Mark et l'équipe", et assure "se concentrer au possible afin que cela ne se reproduise plus".

Cela se vérifiera au prochain Grand Prix de Corée disputé le 14 octobre à Yeongam. Mais, au sens propre comme figuré, Romain Grosjean est attendu au tournant par ses concurrents.