F1 : Grosjean encore privé d'essais libres en 2016 ?

Voir le site Automoto

error
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-08-12T15:45:33.298Z, mis à jour 2015-08-18T07:26:03.403Z

Frustré de laisser régulièrement sa place à Jolyon Palmer, le pilote réserve de Lotus, lors des essais libres 1, Romain Grosjean pourrait encore être obligé de composer avec cette situation en 2016.

Dans le monde d'aujourd'hui, on dit souvent que « l'argent est le nerf de la guerre ». Une expression qui colle parfaitement à la Formule 1 actuelle où certaines écuries ont besoin de deniers pour pouvoir survivre convenablement dans l'élite du sport automobile. C'est le cas du team Lotus, qui bénéficie d'importants apports financiers via Pastor Maldonado (soutenu par le groupe pétrolier PDVSA), et le pilote de réserve Jolyon Palmer, qui paie pour pouvoir rouler le vendredi (il est prévu que le champion GP2 court 10 fois lors des essais libres 1 cette saison). Une situation qui n'est pas à l'avantage de Romain Grosjean... et ce dernier ne s'en cache pas. 


« Il faut faire avec »

« Il y a des fois où il n'y a pas de choix possible, il faut tout simplement prendre les choses comme elles sont, les accepter et faire avec », a confié le Franco-Suisse à nos confrères d'Autosport. « Cette année, quand ils m'ont dit que je devais abandonner 10 premières séances, ça m'a vraiment ennuyé, je leur ai dit que ce n'était pas juste, etc... Mais c'est comme ça, vous l'acceptez et au final sans ça (cf : l'argent), l'équipe ne pourrait probablement pas rouler », poursuit-il. Avant de souligner : « Si c'est le même line-up l'an prochain, je ne pense pas que j'aurai la moindre influence sur ce qui se passera »

« Dans l'ensemble, nous faisons du bon travail »

Rarement titulaire lors des essais libres 1, Romain Grosjean parvient tout de même à réaliser de sacrées performances par rapport à Pastor Maldonado. Et il le sait. « A la fin de la deuxième séance, c'est un peu satisfaisant de finir devant votre équipier, ou dans le top cinq, comme dans les dernières courses », se réjouit-il. « On se dit 'c'est ce que je peux faire d'entrée', en particulier quand on doit faire énormément de travail, avec huit tours sur les pneus les plus durs et trois sur les plus tendres, et qu'il faut prendre toutes les informations possibles. (…) La relation que j'ai avec mes ingénieurs rend cela possible, et cela signifie que nous pouvons nous concentrer sur tout (…) Je pense que dans l'ensemble nous faisons un bon travail »

Vidéo bonus - Portrait de Romain Grosjean (2012)


Un bilan largement favorable pour Grosjean

« Du bon travail », c'est justement ce que Romain Grosjean fait en cette saison 2015. 10e du championnat avec 23 points au volant d'une Lotus-Mercedes irrégulière et aux performances globales en dents de scie, le pilote de la E23 Hybrid numéro 8 ne fait qu'une bouchée de son partenaire Maldonado, seulement 14e avec 12 unités. Mieux, en dix courses, le Franco-Suisse a dominé huit fois son coéquipier vénézuélien, lui infligeant même un cinglant 9-1 en qualifications

Au regard de ces statistiques, il apparaît donc dommage que l'argent relègue le talent au second plan dans la Formule 1 actuelle.