F1 - Grosjean veut grimper sur le podium pour les victimes des attentats

Voir le site Automoto

F1 - Espagne 2015 - Romain Grosjean
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2015-11-15T11:32:09.476Z, mis à jour 2015-11-15T11:49:22.843Z

Romain Grosjean, seul représentant français du plateau, espère décrocher un bon résultat ce dimanche au Grand-Prix du Brésil, en mémoire à toutes ces personnes disparues tragiquement dans les attentats de Paris.

Le pilote Lotus, qui prendra la direction de l’écurie Haas en 2016, ne s’attend pas à une course facile. Un tête à queue survenu dans les tout derniers instants de la Q2 lui coûte une place dans le top 10. Le Français confie avoir été un peu trop optimiste : « J’avais demandé à ne faire qu’un tour lancé au lieu de trois pour préserver mes pneus. Dans un premier temps, j’ai une roue au virage 1 et puis je suis parti en tête-à-queue dans le virage 6. »

Particulièrement affecté par les évènements

Contraint de s’élancer de la 8e ligne –ou plus exactement de la 15e position- Grosjean croit néanmoins en ses chances. Ses chronos étaient plutôt prometteurs en essais libres, où il s’était classé deux fois 7e. Et ça serait surtout le meilleur moyen de rendre hommage à son pays, plongé dans le deuil depuis la série d’attentats qui ont frappé Paris ce vendredi soir.

« Quand j’ai appris la nouvelle, je me suis empressé d’appeler mes proches qui habitent à Paris, confie le français, qui arbore depuis le début du week-end un brassard noir pour marquer son soutien aux victimes de cette tragédie. Je m’estime chanceux car à ma connaissance personne n’a été blessé dans mon entourage. Mais j’avais pas mal d’amis au Stade de France ce soir-là, pour voir le match et d’autres dans Paris. Tout le monde est sous le choc. Pourquoi faire ça ? On ne peut qu’espérer que la paix revienne rapidement. […] Je pense que la meilleure chose à faire, c’est essayer de placer le drapeau français sur la plus haute marche du podium même si cela sera difficile, je ne le cache pas. »



Le paddock mobilisé

Outre les nombreux messages de compassion publiés par les pilotes sur les réseaux sociaux, des inscriptions comme  #PrayforParis se sont également fait leur apparition sur les carrosseries depuis hier. Mais la minute de silence –qui sera observé avant le départ- était au départ inscrite dans le cadre de la journée World Day of Remembrance for Road Traffic, traduisez Journée en souvenir des disparus dans des accidents de la route. On le sait, depuis son arrivée à la tête de la FIA, Jean Todt est très investi dans cette cause. D’ailleurs la comparaison faite dans ses récentes déclarations, ont été perçues pour beaucoup comme maladroite : « On a prévu de faire quelque chose demain à l’occasion de la célébration de la journée des victimes de la route. Tous les jours, il y a 3.500 personnes qui meurent dans des accidents de la circulation. Il y a trente fois plus de personnes qui meurent que dans l’attentat à Paris. »


Jean Todt a ensuite tenu à rectifier ses propos au micro de Canal+ Sport : « Il y a une sympathie à l’égard des français victimes de cet ignoble terrorisme dans le paddock. Demain, il y aura un moment qui leur sera dédié au moment du départ. » Tous les pilotes porteront finalement un brassard noir durant la parade et un drapeau tricolore, orné d’un ruban noir, prendra place sur le camion chargé de transporter les pilotes durant cette même parade.