F1 : Jean Todt défend Mercedes face aux critiques

Voir le site Automoto

Jean Todt
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-02-15T10:02:59.190Z, mis à jour 2016-02-15T14:19:20.795Z

Jean Todt, le président de la FIA estime que les critiques contre Mercedes sont injustes. La domination d’une équipe est présente dans tous les sports et ne justifie pas les remarques que reçoit l’écurie allemande.

Le président de la FIA estime qu'il est vain de critiquer Mercedes, et que la domination est présente dans tous les sports, à l’instar du FC Barcelone au Football ou de Novak Djokovic au tennis.

La F1 teste une protection pour la tête des pilotes en 2017


« La domination fait partie du sport »

Dans une interview accordée à Autosport Jean Todt, l'actuel président de la FIA, est le premier à être tendre avec Mercedes, contrairement à Bernie Ecclestone et consort. «Vous devez accepter que la domination fasse partie du sport, et pas seulement dans la course automobile », a déclaré Jean Todt. « Il n’y a qu’à voir le foot, le tennis, l'athlétisme, le rugby. La domination est partout, alors pourquoi vous vous  attendez à ce qu’il n’y ait aucune domination dans les sports automobiles ? »

Jean Todt est bien placé pour connaitre la domination dans le sport automobile, en tant qu’ancien patron de la Scuderia Ferrari de 1993 à 2007, il a été 6 fois d’affilé champion du monde des constructeurs. Ce qui explique son point de vue sur les performances de Mercedes, vainqueur de 32 des 38 Grands Prix disputés ces deux dernières saisons.

Et pendant ce temps, une F1 se débat contre des joueurs de rugby


« La critique est injuste »

Jean Todt en profite également pour fustiger les détracteurs : « Les commentaires négatifs qui entourent Mercedes sont absolument injustes, mais je peux accepter la critique constructive. Je préférerais qu'il y ait un vainqueur différent à chaque course, mais ça n'arrivera pas. »

Le problème est surtout lié aux écuries adverses : « Je ne suis pas satisfait de la concurrence, je pense que ça pourrait être meilleur. Et quand nous nous asseyons ensemble, nous essayons de trouver comment arranger les choses. Mais il n'y a aucune raison de punir qui que ce soit.»