F1 : l'écurie Sauber officiellement sauvée par un repreneur

Voir le site Automoto

Marcus Ericsson (Sauber) GP F1 Monaco 2016
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-07-20T14:53:22.457Z, mis à jour 2016-07-21T08:40:31.421Z

L’écurie suisse a enfin trouvé un repreneur ce 19 juillet 2016, la compagnie d’investissement Longbow Finance, pour assurer son avenir dans la catégorie reine de sport automobile, mais sans son fondateur Peter Sauber.

Après des années de grandes difficultés financières, l’écurie Sauber est officiellement rachetée.


Sauvetage, enfin !

Depuis 3 ans, Sauber F1 Team survit à peine. L’écurie suisse de Formule 1 peine sur les circuits, notamment en raison de finances très faibles ne permettant pas un développement d’une monoplace performante, au point de consommer dès début 2016 le budget de 2017 et de rouler avec la voiture de 2015.

Mais enfin, l’agonie va se terminer pour la structure menée par Monisha Kaltenborn, rachetée par la société d’investissement suisse Longbow Finances.

"Nous pouvons assurer le futur de Sauber dans le pinacle des sports mécaniques" commente la Team manager indo-autrichienne, "nous sommes convaincus que Longbow Finance S.A. est le parfait partenaire pour rendre de nouveau l’équipe compétitive en Formule 1".


Peter Sauber quitte le navire

En parallèle, Peter Sauber, qui revend officiellement ses parts dans l’écurie, quitte ainsi la Formule 1 et son aventure vieille de 23 ans, laissant son poste de président à Patrick Picci.

"Je suis très heureux que mon courageux investissement de rachat de l’écurie, que j’ai opéré il y a 6 ans, avec l’intention de sécuriser le fief de Hinwil et de rester en Formule 1, se soit révélé correct", a confié l'ex-dirigeant suisse.


Peter Sauber GP F1 Australie 2015

Petite histoire de Sauber

Après l’endurance dans les années 80 et ses titres avec Mercedes, Peter Sauber tente l’aventure en 1993 en championnat du monde de Formule 1 avec l’écurie Sauber F1. Motorisée par un moteur maison puis Mercedes et Ford, la monoplace finit quasi systématiquement dans le Top10… quand elle n’abandonne pas, et l’équipe est classée 7 à 8ème du général selon les saisons, et obtient un seul podium.


Puis vint l’ère Sauber-Petronas en 1997, jusqu’à une belle 4ème position au classement en 2001 grâce au solide Heinz-Harald Frentzen et à un certain débutant Kimi Räikkönen. En 2006, le rachat par BMW donne la plus belle époque, Sauber devenant vice-championne en 2007 sous l’impulsion de Nick Heidfeld et Robert Kubica, pendant qu’un nouveau, Sebastian Vettel, remplaçait à Monaco ce dernier, blessé dans un effroyable accident au Grand Prix du Canada. Mais le Polonais se vengera et signera la seule victoire de l’écurie sur ce même circuit l’an suivant.


Robert Kubica BMW Sauber GP F1 Canada 2008

En 2010, Peter Sauber poursuit seul, BMW lui vendant ses parts, et obtient le moteur Ferrari. Mais d’année en année, les performances déclinent, avec une petit lueur en 2012 (4 podiums via Segio Pérez et Kamui Kobayashi), Sauber affichant la dernière place du classement dans la première partie de saison 2016, avec une monoplace totalement dépassée.