F1 : L’incroyable début de saison de Romain Grosjean

Voir le site Automoto

Ce H7FgWEAAkjOY large jpg
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-04-10T10:22:33.011Z, mis à jour 2016-04-10T10:22:55.518Z

Fort de ses sixième et cinquième places, à Melbourne et à Bahreïn, Romain Grosjean a le sourire en ce début de saison 2016. Il porte les espoirs de Haas Racing, écurie rookie en F1.

Sixième en Australie pour l’ouverture et cinquième à Bahreïn : Romain Grosjean ne pouvait rêver meilleur début de saison au sein de l’écurie Haas Racing. Personne ne l'aurait prédit, et c'est la belle surprise de cette année 2016.

Un pari risqué

Face aux incertitudes du rachat de Lotus par Renault, Romain Grosjean a tenté le pari américain. Haas Racing, qui a retardé son entrée en Formule 1 d’une saison, représentait un risque pour le pilote français. Sauf qu’après deux courses, les détracteurs peuvent se taire. Car la VF-16, motorisée par Ferrari, est bien née et c’est un Romain Grosjean en confiance qui réalise un début de saison idéal. Pourtant, Dieu sait qu’il y a peu de place pour les nouveaux entrants en F1 qui, pénalisés par le manque d’expérience (les fameuses données récoltées à chaque tour), se font généralement bouffer par les autres. Mais Haas, loin d’être un étranger dans le monde du sport automobile, défie tous les pronostics et se serait sans doute contenté d'un seul top 10 dans l'année. L'écurie en est déjà à deux en autant de GP...

Plus de points que Sebastian Vettel après deux courses !

Dans sa carrière, ponctuée par des podiums probants chez Lotus, Romain Grosjean n’avait jamais comptabilisé dix-huit points après deux courses. C’est pourtant la performance qu’il a réalisée après l’Australie et Bahreïn, où il a respectivement terminé sixième et cinquième. A chaque fois, il a fait parler sa capacité à s’adapter aux péripéties (comme la safety car à Melbourne) et à bien gérer ses gommes (finir neuvième en qualifications à Bahreïn était mieux que de faire Q3). Au classement, il en est donc à dix-huit unités, soit autant qu’un certain Kimi Räikkônen, ce qui le place cinquième, devant… Sebastian Vettel !

« Désolé les gars »

Ces deux résultats sont porteurs d’espoir pour la suite de la saison, même si Haas Racing développera sans doute moins sa monoplace que les autres. Dans tous les cas, Romain Grosjean savoure à l’heure actuelle et c’est une belle revanche face à ceux qui critiquaient sa décision, « Certaines personnes ont dit qu'il s'agissait d'un suicide pour ma carrière, mais je pense qu'ils avaient tort, donc désolé les gars. Je suis très heureux. Je dis merci à Total, à Renault, à tout ces gars chez Enstone qui m'ont aidé, mais j'ai fait mon choix. Je croyais dans le projet et j'en ai vu assez pour penser que, avec quelques années en F1, ça pouvait être bien. » Aujourd’hui, la fameuse expression « le rêve américain » n’a jamais été aussi adaptée à la situation de Grosjean.