F1 : Et maintenant, la FIA fait machine arrière pour les conversations radios...

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton (Mercedes) lors du Grand Prix de Hongrie 2016
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-07-29T10:07:03.835Z, mis à jour 2016-07-29T10:26:36.941Z

La Fédération Internationale de l’Automobile a cédé aux réclamations des écuries et des pilotes pour autoriser, de nouveau, tous types de communications radios pendant les courses.

Décidément, le Groupe Stratégique a réussi à faire plier la FIA sur tous les sujets importants : après avoir repoussé l’intronisation du Halo, elle a aussi redonné toute la liberté aux communications radio.


Pilotes et écuries soulagés...

Les petits caprices des écuries et des pilotes ont donc suffi. Et Nico Rosberg (Mercedes) ou Jenson Button (McLaren), respectivement pénalisés à Silverstone et au Hongaroring, ont de quoi pester. 

Après quelques semaines de débats et d’incertitudes autour de ce qui était autorisé, ou non, lors des communications radios, la FIA est revenue sur l’une de ses mesures majeures, pour permettre à tous les acteurs d’échanger librement et sans restriction.

...mais il y a des contreparties

Le "téléguidage" des pilotes va donc pouvoir reprendre, avec, seulement, quelques contraintes. Aucune consigne ne sera autorisée lors du tour de formation, afin de ne livrer aucune assistance aux pilotes lors du départ


Autre contrepartie, les équipes n’auront plus le droit d’utiliser des canaux privés pour donner leurs ordres aux pilotes, comme cela pouvait être le cas précédemment. Désormais, les discussions seront publiques. Les spectateurs auront donc un meilleur accès à ces échanges lors des retransmissions des Grands Prix.

Cette condition a probablement été obtenue par Bernie Ecclestone, grand argentier de la F1 et patron de la FOM, la société qui gère les droits commerciaux du Mondial. Le Britannique était à l’origine du bannissement des consignes radios, les jugeant « nuisibles pour le spectacle ».