F1 – Mexique 1990 : La plus belle victoire d'Alain Prost

Voir le site Automoto

GP du Mexique 1990   Alain Prost   Ferrari
Par Xavier BEAL|Ecrit pour TF1|2016-10-26T12:18:32.328Z, mis à jour 2016-10-26T12:18:33.858Z

Avant le Grand Prix du Mexique, ce dimanche, retour sur l'édition 1990, marquée par la superbe victoire d'Alain Prost.

En Formule 1, Alain Prost a remporté 51 victoires. Et jusqu'à l'avènement de Schumacher, c'était même le record de l'histoire de la F1. Sur ces 51 victoires, s'il ne faut en retenir qu'une, c'est probablement celle de Mexico en 1990. Prost lui-même estime que c'est son plus beau succès en F1 !

[VIDEO F1 – Le Top 10 des records de victoires en Grand Prix]

La première saison de Prost avec Ferrari

En 1990, Alain Prost a choisi de relever un nouveau challenge. Après six années chez McLaren, il rejoint la Scuderia Ferrari. Sa rivalité avec Senna au sein de l'écurie britannique n'était plus tenable, surtout après l'accrochage de Suzuka lors du dernier GP de la saison 1989.

Le transfert de Prost est aussi un coup de maître pour la Scuderia. Le titre pilote lui échappe depuis 1979 (Jody Scheckter) et Alain Prost étant le champion du monde sortant, c'est sur la célèbre monoplace rouge que sera apposé le numéro 1. Pour cette saison 1990, le professeur fait équipe avec Nigel Mansell, arrivé un an plus tôt dans l'écurie de Modène.

Les deux pilotes Ferrari font partie des favoris pour le titre au même titre que ceux de l'écurie McLaren : Ayrton Senna et Gerhard Berger, qui arrive en provenance de… Ferrari.

Senna domine le début de saison

La saison 1990 débute à Phoenix aux États-Unis et Senna s'impose devant Alesi (Tyrrell-Ford) et Thierry Boutsen (Williams-Renault). Alain Prost abandonne sur une fuite d'huile mais il se relance dès la deuxième course en s'imposant à Interlagos, au Brésil, sur les terres de Senna. Mais Prost se moque complètement du lieu de cette victoire : « Vous savez, je m'en fous que ce soit au Brésil, devant les fans de Senna. On a beaucoup travaillé cet hiver, on s'attendait à être très rapidement compétitifs... »

Après le succès de Riccardo Patrese (Williams-Renault) au Grand Prix de Saint-Marin, Ayrton Senna s'impose coup sur coup à Monaco et à Montréal. Avec trois victoires en cinq courses, il se présente au Mexique, pour le 100e GP de sa carrière, en leader du championnat avec 31 points.

Senna devance Gerhard Berger (19 points) et Alain Prost (14 points). Malgré son succès au Brésil, le début de saison du Professeur est mitigé : il termine 4e à Saint-Marin et 5e à Montréal mais abandonne à Monaco à cause d'un problème de batterie.

Seulement treizième des qualifications

Le Grand Prix du Mexique 1990 se déroule du 22 au 24 juin et dès les Essais Libres, le vendredi, Alain Prost se plaint de sa Ferrari 641 : selon lui, elle est aussi rapide le réservoir plein que vide… Sur le circuit bosselé de Mexico, le Professeur ne parvient pas à trouver le bon réglage.

Le samedi confirme la tendance du vendredi puisque Prost ne réalise que le 13e temps des qualifications, en 1:19.026, loin derrière le poleman, Gerhard Berger (1:17.227).

Mais derrière ce mauvais temps se cache une redoutable stratégie. Alain Prost a profité des qualifications pour régler au mieux sa monoplace pour la course et ce, quel que soit son chrono ! Et le dimanche matin, lors du warm-up, Prost se contente de quelques tours : il a enfin trouvé le bon réglage et est confiant pour la course.

La remontée fantastique

Et Prost a raison de croire en lui. Tout d'abord, il a conservé un train de pneus neufs pour la course (69 tours au programme) ce qui n'est pas le cas de ses principaux rivaux. De plus, il dispose de pneus Goodyear et devant lui, plusieurs pilotes chaussés en Pirelli s'attendent à une dégradation rapide.

En dépit d'un départ moyen (15e au premier virage et 13e à l'issue du premier tour), le Prost peut entamer sa remontée fantastique. Devant, Senna mène la course, emmenant dans son sillage Berger.

Après douze tours, Prost est déjà dans les points puisqu'il est sixième. Le pilote prend soin de ses gommes Goodyear ce qui n'est pas le cas de ses adversaires. Auteur de la pole, Berger doit ainsi rentrer aux stands et passe de la deuxième à la douzième position !

A mi-course, Senna est en tête avec 16''7 d'avance sur Piquet, que Mansell serre de près, et 23''6 sur Prost. Et quand Piquet doit changer ses pneus au 43e tour, Prost n'a plus que Senna et Mansell devant lui !

Un dépassement d'anthologie

Au 55e tour, après une première attaque avortée sur Mansell, Prost retente sa chance. Tandis que Mansell prend un tour à Larini (Ligier), Prost profite de la double aspiration ! Au bout de la ligne droite, Mansell retarde son freinage au maximum, met un coup de roue à Prost mais le pilote français ne cède pas et dépasse son coéquipier. 

Prost pointe alors à neuf secondes de Senna. Le Français fond alors sur le Brésilien. Il claque le record du tour et n'accuse que deux secondes de retard au 58e tour ! Senna résiste encore deux tours mais s'incline au 61e, au même endroit que Mansell quelques instants plus tôt ! Prost occupe enfin la tête de la course et un seul pilote peut encore le menacer : Mansell qui lui aussi double Senna. Mais le Professeur est dans un grand jour. Ses pneus sont en bon état et il largue progressivement le Britannique : l'écart passe de 2,5 secondes à quatre secondes. Mansell commet alors l'erreur de vouloir rattraper Prost et termine en tête-à-queue. Mansell se remet dans le bon sens mais pointe désormais à 18 secondes du Français. L'écart ne sera plus comblé et grandira encore pour atteindre 25 secondes !

Prost aux anges

A l'issue de la course, Prost est bien évidemment enchanté par sa prestation et se déclare même surpris : « Après le warm-up de ce matin, je m'attendais à faire une bonne course parce que je sentais que la monoplace était bien. Mais évidemment... je ne pouvais pas m'attendre à la gagner... c'est fantastique pour moi... ».

Grâce à ce succès, mais également à l'abandon de Senna, victime d'un pneu éclaté au 64e tour, Prost se relance au championnat. Il compte 23 points et revient à seulement huit longueurs du Brésilien !

Prost offre également à Ferrari son 99e succès en F1. Le 100e arrivera dès la course suivante ! Revigoré par son exploit mexicain, Alain Prost bisse au GP de France sur le circuit du Castellet.

La fin de saison sera moins heureuse. Lors du Grand Prix du Japon à Suzuka, avant-dernière course de la saison, Prost et Senna sont au coude-à-coude pour le titre. En tête du classement du championnat, Senna percute délibérément Prost au premier virage juste après le départ ! En provoquant ce double abandon, Senna gagne son deuxième titre mondial.

[BONUS – Présentation du circuit de Mexico]