F1 - Nico Rosberg champion du monde dès le GP du Mexique si...

Voir le site Automoto

Nico Rosberg (Mercedes) devant les médias
Par Xavier BEAL|Ecrit pour TF1|2016-10-25T08:48:33.947Z, mis à jour 2016-10-25T13:34:49.636Z

Il ne reste que trois Grand Prix à disputer cette saison et Nico Rosberg peut être sacré champion du monde dès ce week-end, au Mexique. Explications.

La saison 2016 de Formule 1 se résume à un duel entre les deux pilotes Mercedes, Nico Rosberg et Lewis Hamilton. Et dès ce dimanche, Nico Rosberg peut mettre fin au suspense !

[VIDEO : Les monoplaces de F1 pour 2017]

Hamilton entretient l'espoir

Dimanche dernier, la F1 faisait étape à Austin pour le Grand Prix des États-Unis. Pour cette course, Nico Rosberg débarquait avec 33 points d'avance sur son coéquipier. Mais le circuit d'Austin est le royaume d'Hamilton. C'est en effet sur ce tracé qu'il a été sacré champion du monde en 2015. Mais ce n'est pas tout, le triple champion du monde a remporté quatre des cinq derniers GP des USA : un à Indianapolis en 2007 et trois sur le circuit des Amériques en 2012, 2014 et 2015. "J'adore les États-Unis. Et c'est vrai que j'y ai plutôt bien réussi."

Et cette année, le pilote britannique a confirmé sa domination au pays de l'oncle Sam. Le samedi, Hamilton a réalisé la pole position (sa première à Austin) en étant le seul pilote à descendre sous la barre de la minute 35 ! Et lors de la course, le dimanche, il n'a jamais été inquiété et s'est imposé avec brio. Auteur d'un bon départ, il a même parfaitement géré la Virtual Safety Car lors de l'abandon de Max Verstappen.

A l'issue de ce Grand Prix, Hamilton, qui a devancé Rosberg, a réduit l'écart à 26 points. Mais un écart qui expose Hamilton à un sacre de Rosberg dès le Mexique.


Rosberg sacré dès le Mexique sous certaines conditions

Les possibilités de voir Nico Rosberg remporter son premier titre de champion du monde au Mexique sont assez faibles mais pas nulles. A trois GP de la fin (Mexique, Brésil, Abou Dabi), il ne reste que 75 points à prendre au maximum. Alors pour être champion sur le circuit des frères Rodriguez, situé à Mexico, Rosberg doit impérativement s'imposer et espérer un faux pas d'Hamilton.

Si Hamilton abandonne (problème mécanique ou accident), cela fera un 25-0 pour Rosberg et l'affaire sera entendue. Mais ce n'est pas tout ! Si Hamilton termine seulement dixième, on aura alors un 25-1 pour Rosberg. Cela serait suffisant puisque le pilote allemand s'imposerait au nombre de victoires sur l'année : 10, en comptant le Mexique, à 7 pour Hamilton, avec seulement deux courses encore au programme.


Rosberg ne veut pas calculer

Nico Rosberg sait qu'il est en position de force mais il ne veut pas d'un titre au rabais. Le pilote allemand va tout faire pour être sacré avec la manière. A l'issue du GP des États-Unis, il a ainsi déclaré : "Je voulais gagner le Grand Prix et je n'y suis pas arrivé, donc je ne suis pas ravi. Je suis bien conscient de la situation au championnat, mais je vais continuer à faire de mon mieux."

Et avant le Grand Prix du Japon, il avait tenu le même discours : "Je ne pense pas aux points depuis le début de la saison et je ne vais pas commencer maintenant. Je suis ici pour gagner des courses et c’est l’objectif à chaque fois."

Pour Alain Prost, quadruple champion du monde de F1, l'état d'esprit de Rosberg est le bon comme il l'a reconnu sur le plateau de Canal+ : "Il va devoir gérer cette avance et entrer dans une situation qui, psychologiquement, n’est pas toujours évidente. Ce n’est jamais facile de gérer une avance aussi grande, surtout face à Lewis Hamilton, qui pense que tout est contre lui, ce qui est vrai aujourd’hui. De son côté, Nico a pour le moment la chance du champion, mais il en faut toujours un peu. Mais ça peut encore basculer. Il suffit d’un abandon de Rosberg et Lewis revient dans la course."


Hamilton ne redoute qu'un incident mécanique

Effectivement, le "Professeur" a raison. Si Rosberg peut être sacré dès le Mexique, le championnat peut aussi être relancé en cas d'abandon du pilote allemand. Mais c'est surtout Lewis Hamilton, victime d'un abandon en Malaisie sur une casse moteur qui redoute le plus l'élément fiabilité : "Je ne pense pas que la fiabilité représente la moindre inquiétude pour Nico, mais pour moi, oui. C'est la seule chose qui puisse m'arrêter."

Le pilote britannique ne s'avoue cependant pas vaincu et croit encore en ses chances : "Je vais faire de mon mieux et continuer à piloter comme aux États-Unis. Nico pilote incroyablement bien cette année, donc la bataille va être particulièrement serrée."