F1 - Prost : " Le GP de Belgique a été le tournant de la saison. "

Voir le site Automoto

F1 - Abu Dhabi 2014 - Lewis Hamilton - Nico Rosberg
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2014-12-28T09:45:00.000Z, mis à jour 2014-12-28T09:45:00.000Z

Alain Prost, quadruple champion du monde de Formule 1, a condamné dans le film Etoiles Filantes l'attitude de Nico Rosberg, qui en s'accrochant avec son coéquipier Lewis Hamilton au Grand-Prix de Belgique, s'est auto-éliminé de la course au titre.

Avec 17 points de retard sur le leader, Nico Rosberg pouvait encore espérer être sacré à son arrivée à Abu Dhabi, circuit qui accueillait la finale du championnat du monde de Formule 1. Mais pour Alain Prost ancienne figure de la discipline désormais consultant, le titre s'est joué bien avant... à Spa-Francorchamps !

Affrontement qui tourne à l'avantage de Hamilton
Au 2e tour de course, alors que Lewis Hamilton avait pris un parfait envol, Nico Rosberg rate son freinage et vient harponner son coéquipier. Scénario catastrophe pour Mercedes : le Britannique est contraint à l'abandon alors que l'Allemand parvient tant bien que mal à se hisser sur le podium, hué par le public. Les pilotes seront d'ailleurs réunis par la suite pour un léger recadrage et dès lors le champion du monde 2008 prendra l'ascendant psychologique. « Cet événement, pour moi, a été le tournant, confie Alain Prost avec son œil aguerri. Je pense que ce n'était plus possible après ça pour Nico Rosberg d'avoir les mêmes ressources pour aller se battre contre Lewis Hamilton jusqu'à la fin. »

Chiffres à l'appui
Et les résultats viennent conforter ses propos... Casses ou erreurs : Nico Rosberg ne remportera qu'une seule course sur les sept dernières ; toutes les autres victoires étant revenues à Lewis Hamilton. Arithmétiquement, l'Allemand pouvait encore prétendre à la couronne mondiale au dernier meeting. Il lui fallait gagner pour cela à Abu Dhabi en admettant que son coéquipier ne fasse pas mieux que 3e. Mais l'écurie Mercedes termine l'année sur un nouveau doublé synonyme de titre pour Hamilton.

L'Allemand termine finalement vice-champion à 67 points du Britannique, avec 5 succès à son compteur contre 11 pour le leader.