Dans l'actualité récente

F1 – Qualifications GP Brésil 2015 : Rosberg en pole position

Voir le site Automoto

F1   GP Brésil 2015   Nico Rosberg
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2015-11-14T17:19:11.619Z, mis à jour 2015-11-15T15:16:25.882Z

Nico Rosberg partira en pole position du Grand-Prix du Brésil ce dimanche mais le pilote Mercedes a bien failli se faire destituer de la première place dans les tout derniers instants de la qualification.

78 millièmes, c’est l’écart qui sépare Nico Rosberg de son coéquipier Lewis Hamilton sur un tour chronométré ce samedi après-midi du côté d’Interlagos, autrement dit un souffle. Mais la pole position restera tout de même aux mains de l’Allemand.

Lire aussi:
essais libres 1 du GP du Brésil 2015
essais libres 3 du GP du Brésil 2015

Le duel annoncé

Dès son entrée en piste, Nico Rosberg signe un premier temps de référence en 1’11'’461, soit 68 millièmes de mieux que Lewis Hamilton : le ton de ses qualifications est donné ! Se sentant peu à l’abri, il repart pour un second run et va chercher un 1’11’’282. Son coéquipier améliore lui aussi son chrono pas suffisamment pour le détrôner. Hamilton échoue à 78 millièmes alors que Rosberg s’offre sa 5e pole position consécutive, la 6e cette année.

"Je suis ici pour gagner. Et terminer vice-champion c'est toujours mieux qu'une troisième place", déclare Nico Rosberg en conférence de presse.

Fidèle à ses prestations en essais libres, Sebastian Vettel s’élancera en deuxième ligne, accompagné de Kimi Raikkonen. Mais initialement Valtteri Bottas s'était intercalé entre les deux Ferrari ; le Finlandais ayant été pénalisé de trois places pour non respect d'un drapeau rouge aux essais libres 2. Nico Hulkenberg s’adjuge la 6e place devant Daniil Kvyat. Suivront ensuite Daniil Kvyat, Felipe Massa et Daniel Ricciardo. Déception en revanche pour le Français Romain Grosjean, qui avait terminé 7e des FP2 et FP3. Sa Lotus lui a échappé en toute fin de Q2. Il occupera donc la 15e position sur la grille.

Fernando Alonso continue de jouer de malchance quant à lui. L’Espagnol, qui avait déjà été contraint de poser le pied à terre aux essais, n’aura même pas couvert un tour et assistera en spectateur au reste des qualifications.

Désespéré par la fiabilité de sa McLaren, Fernando Alonso préfère profiter du soleil. Décidément, une année à oublier pour l'Espagnol, qui ne compte plus les abandons.