Dans l'actualité récente

F1 Qualifications GP Malaisie - Vettel : "La pluie a beaucoup aidé"

Voir le site Automoto

F1 GP Malaisie 2013 Essais - Vettel Red Bull
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-03-23T11:19:00.000Z, mis à jour 2013-03-23T11:26:07.000Z

Sebastian Vettel ne sait pas trop quoi penser des performances de sa Red Bull. Brillant sur la pluie, il n'aurait probablement pas décroché le meilleur chrono sur le sec. Mais, plus que la pole, les gouttes d'eau lui ont permis d'économiser un train de pneus.

Sebastian Vettel a fait montre de son bonheur à l'idée de partir en tête, à l'occasion de la deuxième manche du Championnat du Monde.

Coulé en Q1 et Q2
A la fin de Q2, quand Vettel a regardé la feuille des temps, il n'en menait sans doute pas large. Relégué à près d'une seconde de la Mercedes de Nico Rosberg, l'as de chez Red Bull a dû douter de ses chances de décrocher la 38ème pole de sa carrière. Mais la pluie est arrivée. Se sentait-il capable de briller sur le sec ? « C'est difficile à dire. Le timing a beaucoup aidé. Nous avions la vitesse pour être en Q3, mais cela [la pluie] a plus aidé dans une optique de garder un train de pneus pour demain [dimanche] ».
Premier en Q3
« Nous nous sentions compétitifs tout le week-end, nous étions ravis de la voiture. » continue l'heureux du samedi soir. « Le meilleur temps en Q2 [celui de Rosberg] était rapide et je ne sais pas si nous avions une voiture assez compétitive. Je ne sais pas si c'était suffisant pour battre ce temps. C'est difficile d'estimer votre vitesse quand vous n'êtes pas à 100 %. C'est juste de dire que nous avons essayé. C'était serré en qualifications.» Il a donc su profiter des conditions climatiques pour pallier ses problèmes rencontrés sur une piste sans eau (faire tenir ses pneus medium). Mieux, en gardant un train supplémentaire intact, le triple Champion du Monde augmente ses chances de victoire. C'est d'autant plus vrai que les prévisions des écuries font état de trois ou quatre arrêts au stand.
Surpris par son avance sur les Ferrari
A l'extinction des feux, Sebastian Vettel partira devant les Ferrari de Felipe Massa et Fernando Alonso, qu'il a devancées de plus ou moins une seconde. Malgré la loterie induite par les conditions changeantes et un tour jugé « bon », il ne s'attendait pas à cela. Contrairement à l'Australie, il espère « passer le drapeau à damier en conservant [sa] position de départ. » Nul doute que les deux monoplaces rouges, à priori plus à l'aise avec les Pirelli, ne lui faciliteront pas la vie. Enfin, les gommes et les conditions climatiques auront aussi leur rôle à jouer.

Vettel ne saute pas au plafond. Il attendra les résultats de dimanche pour le faire.